Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google Stadia, Xbox Game Pass, PS Now, Shadow... : le guide ultime des abonnements de jeux vidéo

Cloud gaming, jeux en streaming, Netflix du jeu vidéo... les abonnements permettant de jouer s'accumulent sous différentes expressions ne racontant pas la même réalité. Entre EA Access, Google Stadia, Xbox Game Pass, PlayStation Now, etc., il y a de quoi faire. On fait le point.

Comme c'est le cas depuis de nombreuses années pour les films, séries et documentaires, il est possible de s'abonner à une plateforme pour accéder à des jeux vidéo. Ces derniers mois, l'offre s'est copieusement garnie et l'avenir promet d'être brillant -- et concurrentiel -- pour les éditeurs qui s'engageront dans cette voie. Dans un monde idéal, on paiera quelques euros pour pouvoir jouer à ses titres favoris sur n'importe quel appareil (grâce au cloud gaming).

Sauf que nous ne vivons pas dans un monde idéal : le marché, pourtant balbutiant, est déjà fragmenté. Entre les services déjà en place, ceux à venir, les différences technologiques, les écarts de tarifs, les exclusivités... Il y a de quoi se perdre alors que les acteurs les plus puissants veulent chacun avoir leur abonnement. On fait le point sur les forces en présence, sachant que le paysage peut changer du tout au tout dans les mois à venir.

https://www.youtube.com/watch?v=WB4TBw_KI6E

Google Stadia

Google Stadia n'est pas vraiment un abonnement de jeux vidéo à la Netflix. En réalité, on peut payer 9,99 euros par mois pour jouer dans les meilleures conditions, recevoir quelques jeux gratuits et profiter de réductions. Mais toujours est-il que le business model choisi par Google incite le joueur à lâcher une somme tous les mois (malgré l'existence d'une formule gratuite). Sauf qu'on n'accède pas à un catalogue de jeux en streaming mais à une console que l'on peut lancer depuis une multitude d'appareils. Les titres ? Il faudra les payer à part... comme sur une... console.

Lancé depuis le 19 novembre, Stadia ressemble pour l'heure à une bêta prometteuse (et payante), que Google devra améliorer dans les mois à venir. Car, étonnamment, la magie est là.

Xbox Game Pass

Quand Microsoft a annoncé son Xbox Game Pass voilà deux ans, il y avait de quoi être sceptique. On ne croyait pas beaucoup en cette proposition qui consiste à payer 9,99 euros par mois pour jouer à des productions anciennes. Sauf que la firme de Redmond croit énormément en son service et a vite justifié son existence en ajoutant ses exclusivités au catalogue évolutif  -- dès le jour de leur sortie. Et plus on avance dans le temps, plus le Game Pass se renforce : durant l'E3 2019, Metro Exodus, sorti en février, s'est invité à la fête. Il faudra d'autres coups d'éclat du genre pour forcer toujours plus de monde à s'abonner mais les bases sont là.

Pour le moment, le Xbox Game Pass n'utilise pas la technologie cloud gaming -- il faut télécharger les jeux pour pouvoir les lancer. On peut néanmoins penser qu'il s'agit d'une voie toute tracée : à terme, le Xbox Game Pass sera accessible sur d'autres plateformes que la Xbox One et PC et le streaming se chargera du reste.

À noter que le Game Pass pour Xbox One n'est pas le même que son équivalent PC. Outre le catalogue qui diffère, être abonné à l'un ne permet pas d'accéder à l'autre.

PlayStation Now

Sony a été l'un des pionniers en matière de cloud gaming. Son PlayStation Now, sur lequel il concède avoir mal communiqué (par manque de confiance en la technologie ?), permettait à l'origine de jouer en streaming sur une multitude d'appareils (y compris certains téléviseurs). Aujourd'hui, le PlayStation Now repose sur un catalogue de jeux PS2, PS3 et PS4 accessible uniquement sur PS4 et PC. Sony ajoute régulièrement des productions à une liste de plus de 600 jeux disponibles.

Depuis septembre 2018, certains titres peuvent être téléchargés sur la PlayStation 4 (les jeux PS3 resteront en streaming).

EA Access

Comme Sony, Electronic Arts a très vite pris le pli du jeu vidéo accessible par abonnement. Lancé en 2014 sur Xbox One, l'EA Access permet d'accéder à The Vault, un coffre de jeux édités par Electronic Arts qui ne cesse de se bonifier avec le temps (attention, les nouveautés ne sont pas intégrées tout de suite). Comme le Xbox Game Pass, il faut télécharger les jeux pour en profiter.

L'EA Access permet également d'avoir un accès anticipé aux nouveautés (versions d'essai) et de profiter de réductions sur les contenus numériques EA.

Origin Access

Origin Access est le pendant sur PC de EA Access. Si l'approche est similaire (offrir l'accès à un catalogue de jeux moyennant quelques euros), il y a de grandes différences. Premièrement, il n'y a pas que des jeux EA qui sont proposés dans Origin Access. Deuxièmement, l'abonnement se découpe en deux formules.

Origin Access Basic se rapproche beaucoup d'EA Access dans le sens où on ne peut jouer que quelques heures aux nouveautés (en avant-première). En passant à Origin Access Premier, on a tout en illimité.

Ubisoft Uplay+

D'abord lancé exclusivement sur PC (en téléchargement), l'Uplay+ est en quelque sorte le Origin Access Premier de l'éditeur français Ubisoft. On retrouve : l'accès à une bibliothèque évolutive (avec les meilleures éditions des jeux), la possibilité de jouer aux nouveautés Ubisoft trois jours avant leur sortie (en illimité) et la participation à des bêtas.

Apple Arcade

Pas encore tout à fait impliqué sur le marché des jeux vidéo, Apple a annoncé un service Arcade qui sera lancé cet automne. Le principe sera le suivant : on paie une somme -- inconnue -- chaque mois pour jouer à des jeux intelligemment choisis par Apple. La firme de Cupertino promet qu'il n'y aura ni publicité ni frais supplémentaire (comprendre : des microtransactions).

La grande force de Apple Arcade sera sans aucun doute son intégration dans l'écosystème Apple : on pourra démarrer une partie sur iPhone et la continuer sur l'Apple TV. La multinationale mise sur le téléchargement pour permettre aux utilisateurs de jouer hors-ligne.

HTC Viveport Infinity

https://twitter.com/htcvive/status/1145793755825315841

Viveport Infinity est un abonnement qui permet d'accéder à des centaines de jeux et applications compatibles avec la technologie de réalité virtuelle. S'il est fourni par HTC, le constructeur ne l'a pas rendu exclusif à ses propres casques. Une excellente nouvelle.

Viveport Infinity donne accès à des contenus haut de gamme exclusifs sur Viveport Video, à des bons de réduction mensuels, à des offres spéciales pour le week-end et à des téléchargements de titres gratuits. Et, bien sûr, le catalogue se renforce avec le temps.

Shadow

On met Shadow dans la liste mais, en réalité, la solution développée par la startup française va bien plus loin que le gaming. En effet, Shadow se définit comme un PC puissant accessible par le cloud. Comprendre : vous pouvez faire ce que vous voulez avec l'abonnement. Côté jeux vidéo, Shadow se comporte comme un PC Windows physique, c'est-à-dire qu'il faut passer par des plateformes externes pour jouer (Steam,...).

Pass Jeux Vidéo par Orange

Au cas où vous ne le sauriez pas, Orange propose déjà un service de cloud gaming via sa Livebox. Il s'agit d'une option facturée 9,99 euros par mois accessible depuis le décodeur ou un PC Windows. Streaming oblige, il n'y a rien besoin de télécharger. Un hic néanmoins : les jeux sont très anciens. Notez que l'opérateur vend une manette en option (39,90 euros, sachant que les pads Xbox One et PS4 sont compatibles) et propose du contrôle parental pour maîtriser l'usage des enfants.

SFR Jeux

C'est comme le Pass Jeux Vidéo de Orange mais chez SFR, avec trois formules différentes.

Utomik

Pas le plus connu des services, Utomik est un abonnement qui fonctionne par téléchargement. Autrement dit, la qualité graphique dépendra de la configuration de votre PC (Windows uniquement). Si la liste est assez fournie (près de 1 000 jeux disponibles), il y a de tout et beaucoup de remplissage. On trouve quand même quelques pointures, dans le sillage de la trilogie Batman: Arkham ou des deux premiers opus de la saga Darksiders.

Blacknut

Blacknut se présente comme une formule qui permet de jouer grâce au streaming. De nombreux appareils sont compatibles et le catalogue, composé de beaucoup de productions françaises, évolue constamment. On vous conseille quand même d'essayer avant de souscrire, le rendu visuel n'étant pas vraiment optimal et les jeux proposés étant loin d'être les canons du genre.

Nvidia GeForce Now

Actuellement en phase de bêta -- gratuite --, GeForce Now permet aux propriétaires d'un PC, d'un Mac ou d'une Shield de jouer dans des conditions optimales (grâce à la technologie de cloud gaming développée par Nvidia). Le hic ? Il est nécessaire d'acheter les jeux séparément, via les plateformes tierces (Steam, Uplay ou Blizzard Battle.net), en s'assurant qu'ils soient compatibles.