Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

KoRn et EMI : 1ers résultats financiers de leur accord global

KoRnLes chiffres de l'IFPI pour l'année 2006 que nous avons publiés cette semaine en avant-première montraient bien que le seul secteur en crise de l'industrie musicale est celui qui est directement lié à l'enregistrement de la musique sur un support matériel. Il s'agit des maisons de disques dans leur rôle traditionnel, et des disquaires. Tout le reste de la filière se porte plutôt mieux d'année en année. C'est là la principale mutation industrielle, qui est donc loin d'être aussi catastrophique et globale que ne le laissaient entendre les majors du disque. Elles ont toutefois bien compris la nécessité de modifier leur rôle dans la chaîne musicale pour s'adapter à cette évolution du marché.

C'est dans cet esprit que la maison de disques EMI a signé fin 2005 un accord remarqué avec le groupe KoRn, pour étendre le rôle du label et partager les revenus à part constante sur l'ensemble des activités du groupe (ventes de CD, concerts, merchandising...). Le magazine Billboard publie ce mois-ci les premiers résultats financiers de cette expérience appelée sans doute à se généraliser dans les années à venir. En voici les principaux :

D'après Billboard, "si le prochain album répète les ventes du dernier (2 millions d'unités dans le monde), et si le groupe obtient des chiffres sur les routes similaires à 2006 (50 dates qui génèrent 11 millions de chiffre d'affaires), ça devrait les amener proche de l'équilibre d'ici la fin du cycle de ce nouvel album". Ceci avant même les revenus complémentaires de merchandising et autres licences.

Au final, le magazine estime que les activités de KoRn pourraient dégager pour la joint venture 60 millions de dollars de bénéfices d'ici la fin du contrat en 2010 :

Un modèle à suivre ?