Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Ce qui cloche avec YggTorrent : un ancien modérateur nous raconte la fronde en interne

Le site de partage en P2P YggTorrent est le théâtre d'une fronde menée par un ancien administrateur. Il se confie à Numerama.

YggTorrent, plateforme de téléchargement illégal privilégiée des internautes rejetant l'offre légale, a trahi l'esprit du partage désintéressé pour ne devenir qu'un immense générateur à cash. C'est ce que dénoncent unanimement des anciens membres du staff du site de liens BitTorrent, aujourd'hui en rupture idéologique avec l'actuel administrateur principal, qui opère depuis l'étranger.

Une rupture telle que ces ex-contributeurs sont aujourd'hui en croisade contre YggTorrent. Leur intention ? En révéler l'envers du décor. Combien sont-ils dans cette bataille ? Une dizaine. À leur tête, « Modo1er », un ex-élément de la plateforme qui est à la pointe de la fronde après en avoir été l'instigateur. Au téléphone, l'intéressé nous a longuement expliqué son parcours, sa vision de l'accès à la culture, mais aussi les raisons qui l'ont poussé à dénoncer le site.

« Voilà maintenant un an que je travaille pour YggTorrent », raconte-t-il. « Au départ, j'ai rejoint le site par conviction ». Bien que diplômé et en emploi, l'intéressé juge le coût de l'accès à la culture trop cher. Évoquant l'augmentation des places de cinéma et des boîtes de DVD hors de prix, il estime que c'est d'une certaine façon une forme de compensation. « L'industrie du divertissement a une économie trop inaccessible », juge-t-il. Et cela, malgré des offres en ligne qui ne coûtent qu'une dizaine d'euros par mois.

C'est aussi par conviction que Modo1er a quitté YggTorrent. « Un fort désaccord sur les manœuvres financières m'a contraint à quitter le navire en très mauvais termes ». Ou, plus exactement, qu'on l'a poussé vers la sortie. « Il m'a viré du jour au lendemain », reconnaît-il. Les accès révoqués, il ne lui a plus été possible d'accéder normalement aux privilèges dont il disposait jusqu'alors.

Du moins, avec son compte traditionnel. Car l'intéressé a pu continuer à suivre en toute discrétion l'activité interne du site, grâce à des comptes infiltrés -- dont l'accès à l'un d'eux nous a été communiqué, ainsi que la fourniture de diverses captures d'écran, afin de pouvoir vérifier ses dires. Et surtout, l'homme n'est pas tout à fait parti les mains vides : il a récupéré des traces de transactions bancaires, des identifiants et des mails sensibles.

« YggTorrent est né dans l'esprit du partage, mais a été corrompu par la cupidité et l'égocentrisme », regrette l'ex-responsable. Il nous raconte certaines manœuvres qui ont été imaginées par le gérant d'YggTorrent pour rester aux manettes et brouiller les pistes, évidemment à l'insu des internautes fréquentant le site. Un exemple ? La vente du site, annoncée au cours du printemps : ce n'était qu'une gigantesque mascarade.

« Il s'agissait de simuler la vente et surtout de couvrir les arrières de Destroy [le pseudonyme de l'administrateur, ndlr] vis-à-vis de la justice et des ayants droit », explique Modo1er. Or depuis cet épisode, il s'avère que « tous les profils à responsabilité sont en fait gérés par la même personne », dont le pseudonyme est Destroy. « Le site n'a jamais été vendu. C'est toujours la même personne qui est aux commandes ».

Car il serait absurde pour Destroy d'abandonner sa poule aux œufs d'or, juge notre interlocuteur, dans la mesure où « l'argent est la seule motivation ». Pourquoi s'arrêter en si bon chemin alors que le site « a un potentiel financier avec les donations et publicités d'environ 3 à 5 millions d'euros par an » ? En comparaison, T411 [un autre site de partage par liens BitTorrent, aujourd'hui disparu, ndlr] générait à la fin de sa carrière entre 5 et 7 millions par an, fait-il remarquer.

Il faut dire que les dons des internautes, qui sont réalisés afin de bénéficier de bonus de téléchargement (un don de 25 euros donne droit à une enveloppe de téléchargement de 125 Go de plus, et une journée de téléchargement en illimité), rapportent des centaines de milliers d'euros. « Rien que les donations, ça rapporte 720 000 euros », évalue Modo1er. Et sur la période allant de juillet à octobre, « les dons ont généré 300 000 euros ». Ces transferts ne se font évidemment pas par PayPal. Trop visible. Trop risqué. Le site a donc opté pour VirWoX, Paysafecard et Sofortbanking comme intermédiaires financiers.

Dernière initiative en date : l'arrivée de la publicité : « il y a eu des dizaines et des dizaines de tests », nous explique-t-on au téléphone. Celle-ci a commencé à faire son apparition en novembre et, estime notre interlocuteur, elle pourrait générer jusqu'à 100 000 euros en plus par mois. Aujourd'hui, Destroy « est en passe de devenir millionnaire », critique-t-il. On est loin, très loin, du partage désintéressé.

Mais cet argent ne servirait-il pas à faire tourner une infrastructure comme YggTorrent ? Bien évidemment que non, de telles sommes ne sont pas requises : « en moyenne, toute l'infrastructure coûte 32 400 dollars par an ». Tout le reste sert « pour son usage personnel » et à rémunérer l'équipe chargée de valider les torrents partagés par les internautes. C'est d'ailleurs l'autre grand grief des frondeurs : que ces personnes touchent une commission pour vérifier les fichiers piratés mis à disposition des autres internautes.

« Depuis mon départ, les techniques de gestion sont devenues mafieuses : la team-pending est maintenant rémunérée ! ». La team-pending « se rend coupable de crime en bande organisée », lance-t-il. Comment fonctionne le système ? Chaque torrent validé génère un jeton. L'objectif est de valider 250 torrents par mois, ce qui donne environ 7 500 torrents à contrôler.

« Cela coûte 7 500 euros à l'administrateur pour payer le staff chaque mois, sachant qu'ils sont 12 à faire ce travail. Ils gagnent en moyenne 625 euros par mois ». Et les frondeurs, justement, ont-ils profité de cette manne financière ? Impossible évidemment de le vérifier, mais Modo1er assure « qu'aucune de ces personnes n'a profité de cet argent. Ils faisaient ça par passion et n'attendaient rien ».

Devant l'accumulation de ces errements organisationnels, la question se pose, bien sûr, de savoir si l'intéressé a songé à se tourner vers la justice. L'idée lui a traversé l'esprit, admet-il, mais elle n'a jamais été concrétisée. Trop risqué. Les risques judiciaires encourus sont grands et il pourrait se retrouver dans le viseur des industries du divertissement, même s'il se montre coopératif avec les autorités.

Le Code de la propriété intellectuelle regorge d'articles qui pourraient déboucher sur de très lourdes sanctions. À titre d'exemple, l'article L335-2  expose que la contrefaçon d'œuvres culturelles est punie au maximum de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende. Les peines passent à cinq ans de prison et 500 000 euros d'amende lorsque les délits ont été commis en bande organisée.

Reste que si le staff d'YggTorrent risque gros en France, les dispositions du Code de la propriété intellectuelle (et accessoirement du Code pénal) s'appliqueront plus difficilement à Destroy. La raison ? L'intéressé, qui n'est pas de nationalité française et qui a à peine vingt ans, ne se trouve pas dans l'Hexagone, mais réside quelque part au Maroc, d'après notre contact. Il faudrait alors passer par une commission rogatoire internationale.

Ce qu'il a préféré faire, c'est attaquer le site de l'intérieur. « Lors de mon départ,  j'ai pris la décision d'avertir mes anciens collaborateurs (membre du staff) du danger qui plane sur l'infrastructure », raconte-t-il. Autour de lui s'est agrégée une dizaine d'autres personnes, qui officiaient également chez YggTorrent à différents postes.

S'il n'a pas pu convaincre tout le monde de rallier son combat contre YggTorrent -- notre interlocuteur nous explique souhaiter aujourd'hui voir la plateforme disparaître une fois pour toutes--, l'intéressé estime qu'environ 80 % du staff a été décimé, soit parce que l'administrateur s'en est débarrassé, soit parce que l'esprit du partage non marchand a depuis trop longtemps été foulé au pied.

« Il est important de comprendre qu'il n'est pas du tout question de reprendre contrôle de la structure, mais plutôt d'y mettre fin », nous explique-t-il. « Il ne s'agit nullement d'une vengeance personnelle : chaque membre du staff averti a eu la liberté de décider de rester ou de partir. Je ne leur ai pas demandé de quitter le staff. La majorité du staff m'a rejoint. Les autres sont au courant et ont choisi de rester ».

Modo1er raconte d'ailleurs une anecdote au sujet de Destroy, pour conclure son propos et pour dépeindre son caractère : « En voyant les messages critiques, voire hostiles, sur le site Wareziens, qui agrège une communauté s'intéressant au partage de contenus culturels sans se préoccuper des lois sur le droit d'auteur, Destroy a piraté des comptes pour se venger. C'est l'image du warez que cette personne tue ».