Finie la rigolade : PUBG vivra une année 2019 strictement organisée dans le domaine de l'eSport.

«  L’eSport dans PUBG va devenir sérieux » : c’est en ces termes que PUBG Corp. a officialisé sa volonté de grandir dans l’eSport via un communiqué publié le 7 novembre 2018. Où l’on découvre que PUBG sera le théâtre de plusieurs tournois professionnels organisés dans neuf régions. On peut y voir la réponse à la Coupe du monde de Fortnite à 100 millions de dollars.

En réalité, PUBG Corp. veut reprendre la main après une année 2018 où chacun y allait de sa propre recette. «  2019 verra toutes les compétitions professionnelles, qu’elles soient régionales ou mondiales, organisées par des partenaires ou par nous-mêmes, adhérer à un ensemble de règles universelles et standardisées », affirme le studio, qui désire tout unifier. 

Calendrier eSport de PUBG // Source : PUBG Corp.

Deux structures différentes

C’est un vaste chantier dans lequel se lance PUBG Corp., d’autant qu’il a opté pour une structure différente en fonction des régions. Ainsi, les principales — Amérique du Nord, Europe, Corée, Chine, Japon et Taipei/Hong Kong/Macao — s’articuleront autour de ligues tandis que les trois autres — Asie du Sud-Est, Amérique latine, Océanie — n’auront droit qu’à un simple circuit composé d’une série de tournois.

Le calendrier, partagé par toutes les zones, sera découpé en trois phases, entre lesquelles se tiendront des événements mondiaux. À ce titre, le studio n’hésitera pas à s’inspirer de la NBA avec des All-Star Games. Ils verront s’affronter les joueurs de PUBG les plus populaires dans des matches d’exhibition moins tournés vers la compétition, davantage vers le spectacle.

L’année se conclura sur un Global Championship, point d’orgue où les meilleures équipes de chaque région se disputeront la place du roi. À la clef ? Un million de dollars, sachant que PUBG Corp. entend gonfler la dotation avec d’autres bonus. À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’avons aucune information sur les retransmissions et les sponsors. Pour le moment, on se contentera donc de ces ambitions.

Partager sur les réseaux sociaux