Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le Banksy auto-détruit aurait dû être déchiqueté en entier : « En répétition, ça marchait à chaque fois »

La chaîne YouTube banksyfilm a publié une nouvelle vidéo qui montre que l'œuvre d'art devait s'auto-détruire à 100 % et non s'arrêter à la moitié. Cela n'a pas empêché la Fille au Ballon de prendre encore plus de valeur qu'en version intacte.

La Fille au Ballon était censée être être réduite en lamelles jusqu'au bout, a montré une nouvelle vidéo publiée sur la chaîne YouTube banksyfilm le 17 octobre 2018. On y voit notamment de nouvelles images de la préparation de ce grand « coup » réalisé lors d'une vente aux enchères à Sotheby’s Londres le 5 octobre dernier.

Alors que l'œuvre Girl With Balloon venait d'être vendue pour 860 000 livres sterling (980 000 euros), un mécanisme logé dans le cadre de l'œuvre activé à distance a permis de la déchiqueter en fine lamelles. Mais sur le moment, la feuille n'a pas glissé assez loin, et l'œuvre a terminé à moitié déchirée.

Dans cette nouvelle vidéo, Banksy (ou les personnes responsables de cette mise en scène artistique) montre la preuve que le mécanisme a connu un problème : l'œuvre devait bien être réduite en morceaux entièrement. « En répétitions, ça marchait à chaque fois », peut-on lire sur un carton noir. Dans un post Instagram publié également le 17 octobre, Banksy affirme que la société de ventes aux enchères « n'était pas dans le coup ».

De nouvelles images de la soirée à Sotheby's Londres

La courte vidéo YouTube montre aussi qu'il y avait quelqu'un dans la salle le 5 octobre pour activer la machine avec un petit bouton, ainsi qu'une personne qui a mieux filmé la scène de destruction et les réactions des personnes présentes.

Les images sont agencées de telle sorte qu'il est impossible de ne pas y voir une critique du rapport entre l'art et l'argent : on y voit des personnes riches, très bien habillées, enchaînant les verres de champagne et les petits fours avant de dépenser encore plus d'argent pour des toiles. Vision simpliste, peut-être, mais montage efficace.

Paradoxalement, cette performance artistique n'a fait qu'augmenter la valeur de l'œuvre détruite, possiblement jusqu'à 50 % de plus que le prix à laquelle elle a été vendue, selon des experts interrogés par The Guardian.