Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Fortnite : des parents paient des coachs à leurs enfants (et ce n'est pas grave)

Le jeu Fortnite est si populaire auprès des pré-adolescents que certains parents ont décidé de leur payer des cours par des coachs particuliers pour qu'ils s'améliorent, mais aussi pour passer plus de temps avec eux.

Plusieurs parents s'offrent désormais les services de coachs particuliers pour aider leurs enfants à s'améliorer au jeu vidéo Fortnite, a montré une enquête du Wall Street Journal du 31 juillet 2018, qui fait depuis beaucoup parler d'elle. Les sessions peuvent coûter entre 20 et 50 dollars, et les enfants sont souvent très jeunes (de 10 à 14 ans). Deux arguments qui soulèvent de nombreuses levées de boucliers.

D'après le WSJ, la plateforme de recherche de petits boulots locaux Bidvine aurait embauché plus de 1 400 coachs Fortnite depuis mars 2018. Le jeu de construction et de survie est aujourd'hui fréquenté par 40 millions de joueurs mensuels.

À la suite de la publication de ces témoignages, de nombreux internautes se sont dits outrés par une telle tendance. Si les cours particuliers pour devenir un meilleur gamer ne sont pas nouveaux, il est plus rare d'apprendre que des parents en offrent à leurs enfants pour qu'ils deviennent meilleurs. Mais pour qu'elle raison s'en indigne-t-on ? La critique sous-jacente relève d'un jugement général à l'encontre des parents, soupçonnés d'encourager ainsi leur progéniture à jouer aux jeux vidéo au lieu d'aller « gambader dans les bois ».

Une manière de se rapprocher de leurs enfants

Le Wall Street Journal cite notamment une mère de famille qui a payé quatre heures de leçons (pour un total de 50 dollars) pour que son enfant de 10 ans deviennent imbattable à Fortnite : « À l'école, il n'y a pas que la pression de jouer, il a la pression pour être le meilleur à ce jeu », explique-t-elle.

Dans un reportage similaire, l'émission Good Morning America de la chaîne ABC a montré que les clients qui se paient des cours particuliers le font aussi pour s'intéresser à l'activité préférée de leurs enfants — quasiment uniquement des garçons. Un père de famille interrogé explique ainsi : « Le temps qu'on passe avec eux est très limité, surtout avec nos boulots.  Je les observais jouer et je me suis dit : 'je devrais m'y intéresser' ». Et de préciser qu'il préfèrerait « jouer au golf » avec eux, mais qu'il s'agissait d'une manière de trouver des points communs avec ses enfants.

https://twitter.com/GMA/status/1024631939582455809

L'espoir de devenir pro

Certains parents, comme Nick Mennen, cité dans l'article du WSJ, estiment qu'il s'agit autant d'une manière de se rapprocher de ses enfants que de les aider pour leur avenir professionnel (il paie à son fils environ 6 heures de cours par mois). En avril dernier, l'université d'Ashland dans l'Ohio a été la première à proposer une bourse d'étude pour les joueurs de Fortnite.

Et même sans formation, les joueurs les plus expérimentés peuvent gagner beaucoup d'argent grâce à leurs chaînes YouTube ou Twitch, sur lesquelles ils se filment en train de jouer. Ninja, l'un des gamer les plus suivis sur la scène Fortnite (il lui arrive même de jouer avec le chanteur Drake), gagnerait au moins 350 000 dollars par mois grâce aux abonnements à sa chaîne Twitch.

https://twitter.com/Ninja/status/1024502076058095617

Mais pour atteindre un tel niveau, il faut savoir à la fois jouer, mais aussi entretenir sa communauté, et se dédier à temps plein à son activité, sans compter ses heures. Il n'y a pour l'instant pas de coaching pour devenir le meilleur streamer de Fortnite.