Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Donald Trump veut une classification pour les jeux vidéo et les films violents (mais ça existe déjà)

Après la tuerie de Parkland, Donald Trump cherche des solutions pour éradiquer la violence chez les jeunes. Réglementer la distribution des armes ou éviter d'attiser la haine ? Non : proposer une nomenclature pour la culture... qui existe déjà.

Comme toujours avec les tueries de masse impliquant des jeunes individus, les médias comme les jeux vidéo et les films, particulièrement plébiscités par cette frange de la population, deviennent des boucs émissaires faciles. La tragédie de Parkland n'a pas dérogé à cette règle et c'est donc Donald Trump qui n'a pas manqué de diaboliser les deux formes de divertissement. Pour rassurer ses concitoyens, il doit trouver des coupables et, surtout, des solutions. Autre que celle d'armer les professeurs, si possible.

Encore une boulette de Trump

Mais Donald Trump se trompe probablement en visant les jeux vidéo et les films pour expliquer la violence chez les jeunes. Pire, ce qu'il propose pour limiter leur portée existe déjà. Une fois encore à côté de la plaque, l'homme politique a confié, durant une rencontre sur la sécurité dans les écoles, qu'il fallait peut-être penser à une classification. Boulette : ça existe déjà avec l'ESRB pour les jeux vidéo et le MPAA pour le cinéma. Au moins, on est sûr d'une chose : il ne doit pas jouer à Call of Duty finalement.

Serein, Donald Trump a donc confié (via Hollywood Reporter), « Nous devons nous pencher sur Internet, car beaucoup de choses mauvaises sont montrées aux jeunes enfants et aux jeunes esprits au moment où ils sont formés, et nous devons faire quelque chose par rapport à ce qu'ils voient et comment ils le voient. Et il y a les jeux vidéo. J'entends de plus en plus de gens dire que la violence dans les jeux vidéo forme la pensée des jeunes. On peut aussi aller au niveau supérieur et parler des films… Peut-être qu'il faut mettre un système de classification pour ça ».

Le fait est que les jeux à caractère violent, développés pour un public mature, sont signalés par l'ESRB, chargé de catégoriser en fonction du contenu. Par exemple, les productions notées M -- pour mature -- ne peuvent, en théorie, pas être achetées par des joueurs de moins de 17 ans. Bien sûr, les plus malins peuvent toujours contourner cette fausse restriction. Du côté du cinéma, les films sont rangés dans cinq branches (G, PG, PG-13, R et NC-17).

De fait, il serait peut-être judicieux de souffler à l'oreille de Donald Trump que la mesure à laquelle il pense est déjà en place.