Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Ce site compose des poèmes à partir des tweets de Trump (et ça rime)

Donald Trump fait de la poésie sans le savoir. Un membre de Reddit a conçu un algorithme qui crée des poèmes à partir des tweets du président des États-Unis. Sur son site, vous pouvez générer aléatoirement des quintils, dont les vers riment.

Les tweets de Donald Trump semblent être une source d'inspiration inépuisable. Quand ils ne sont pas encadrés pour décorer un salon, ils inspirent de faux communiqués de la Maison Blanche ou permettent à un bot de miser en bourse. Les missives en 140 caractères (ou moins) laissées par le président des États-Unis sur Twitter -- dont la plus mémorable est sans doute l'énigmatique « covfefe » -- donnent lieu à de multiples parodies en ligne.

La dernière en date ? Un algorithme qui compose des poésies à partir des tweets de Donald Trump. C'est un membre de Reddit, répondant au surnom de Darby Crash, qui s'est lancé dans le développement de cet outil, gracieusement mis à la disposition de tous sur un site, Poet in Chief.

Surprenants quintils

Le site sélectionne aléatoirement des tweets de Donald Trump, et les organise en vers pour créer une œuvre littéraire quelque peu surprenante. Voici l'uns des poèmes que cet algorithme a composé pour nous.

Le site génère ainsi une strophe de cinq verres et comportant deux rimes, c'est-à-dire un quintil -- dont la structure suit souvent un enchaînement de rimes aabba. À chaque fois que vous appuierez sur le bouton du site, un nouveau poème sera instantanément composé sous vos yeux.

En cliquant sur chaque vers, vous serez renvoyé vers Twitter, pour consulter le tweet original de Donald Trump.

« Un des plaisirs que donne la poésie, c'est qu'on ne sait jamais ce qu'on va écrire », écrivait Claude Roy en 1993. Il ne croyait sans doute pas si bien dire.