Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Peut-on faire plus hipster qu'un vinyle joué aux limites de l'espace ?

Pour célébrer ses 7 ans d'existence, Third Man Records a envoyé une platine vinyle aux limites de la stratosphère.

Comment fêter dignement l'anniversaire de son label ? En organisant un concert avec tous ses artistes ? En faisant une immense célébration en réalité virtuelle ? En offrant tous ses titres en libre accès sur le web ? Tout cela serait rigolo, mais un poil mainstream. C'est pour cela que Third Man Records, le label de Jack White -- cofondateur des White Stripes --, a décidé de faire quelque chose de plutôt spécial : envoyer un tournedisque à la limite du vide pour jouer un vinyle.

L'engin, conçu avec l'aide de l'ingénieur Kevin Carrico et du programme SATINS, est monté jusqu'à 28 651 m pour diffuser la bonne parole de Carl Sagan, célèbre scientifique qui a énormément contribué à la vulgarisation de l'astrophysique et de l'astronomie. C'est le morceau A Glorious Dawn, composé par John Boswell, qui a été joué en boucle pendant l'ascension.

Vous pourrez voir une vidéo complète de l'événement sur Youtube, qui reste une prouesse de bidouille technologique avant d'être une opération commerciale. Notez que ce n'est pas la première fois qu'on envoie de la culture dans l'espace : la sonde Voyager, partie en 1977, porte elle aussi, un disque adressé à d'éventuelles civilisations venues d'ailleurs.

https://www.youtube.com/watch?v=E5D2x6JiClo