Pornhub lance un service de pornographie par SMS, à base d'emojis. Mais après de nombreux quiproquos entre textoteurs à cause de l'emoji aubergine ou de l'insigne de la pêche, il est temps de mettre au clair notre utilisation libidineuse des emojis. Pour conserver la force de nos imaginations, ne doivent-ils pas rester imagés, sans ce dictionnaire cru proposé par le service porno ?

PornHub a ouvert cette semaine un nouveau service de contenus. Vous envoyez un SMS à un numéro non surtaxé, et Pornhub vous envoie en retour du contenu pornographique en lien avec votre demande. Mais le bot, puisque c’est grossièrement un chatbot, a la particularité de n’accepter qu’une seule forme de catégorisation du contenu : les emojis.

Comprenez qu’ici, les emojis que vous utilisez chaque jour sur les réseaux sociaux et dans vos SMS prennent un sens largement détourné. Sans surprise (quoique), l’emoji aubergine renvoie donc à des vidéos mettant en scène des sexes de tailles disproportionnées, celui de la pêche à des contenus mettant en scène des postérieurs, etc.

Officiellement le service n’est actuellement disponible qu’aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, mais rien n’empêche d’envoyer des SMS vers ces serveurs téléphoniques étrangers.

Pour mieux comprendre le fonctionnement de ce drôle de bot à l’imagination très déplacée, nous avons tenté d’appréhender le langage imagé du bot. Ainsi, grâce au guide fourni par PornHub, on découvre des significations particulières et auxquelles nous n’aurions jamais pensé.

Capture d’écran (88)

Autant certains nous apparaissent comme assez clairs (les quatre premiers), autant on est un peu plus dépaysé par certaines insinuations d’une poésie douteuse. La métaphore du tacos pour évoquer les femmes latino-américaines reste un mystère pour nous.

Le principe s’avère simple et minimaliste. Les catégories pornographiques sont en fait remplacées par les emojis et le bot renvoie donc uniquement (au hasard ?) des liens des catégories évoquées par les symboles. PornHub promet toutefois quelques surprises. Pour taquiner le bot on essaie de lui envoyer une banane, qui n’est pas dans le dictionnaire officiel du service. Sa réponse nous laisse un peu pantois : un lien vers une vidéo pornographique où l’huile alimentaire tient un rôle de premier ordre. Soit.

Du texte aux emojis

Les emojis sont à la société numérique ce que les peintures rupestres sont à la préhistoire, le langage de la vie sous une forme primaire. Il y a donc de quoi s’interroger sur notre communication lorsque nous préférons envoyer une aubergine plutôt que de clarifier à notre interlocuteur que nous n’avons aucune envie de ratatouille.

C’est dans cet espace de compréhension tacite, situé entre le second degré évident de ces symboles et le sens brutal et codifié de leur détournement, que se trouve le terrain de jeu des amants numériques.

Capture d’écran (90)

Pour mieux comprendre les habitudes et les codes de ce langage sans convention, nous vous avons interrogé sur Twitter. Et dès les premières réponses de ceux qui se montrent plutôt prompt à expliquer leur vision des émojis, on découvre l’ampleur du phénomène. L’émoji n’était qu’un signifiant sans réel définition de son signifié, les détournements leur accordent un caractère équivoque presque totale qui dépasse le pouvoir des mots. Et c’est bien ce qui intrigue et intéresse.

Curieusement, derrière l’apparence très performative des emojis détournés, la place de l’imagination et de l’humour leur octroient un caractère moins cru que s’il fallait expliquer par des mots leur sens. L’image évoquée demeure assez floue et s’avère être un prétexte au quiproquo. Une incompréhension affectée qui intéresse une génération bercée par la pornographie omniprésente dans son quotidien.

Une manière pour les amants 2.0 de mélanger la pudeur et l’humour pour se libérer du carcan des mots : ne plus devoir écrire clairement niquer, plan cul, bite ou simplement j’ai envie de toi. Débarrasser des mots, l’emoji donne l’illusion d’une sexualité libérée et sans étiquettes.

À l’heure de l’accouplement par swipe and match, la poésie maladroite des émojis semble être le dernier rempart de la pudeur. Et c’est certainement pour cela que l’on se retrouve par être gêné par le guide du sexe en emoji de PornHub, qui voulant surfer sur la vague de la hype de l’UTF, impose un dictionnaire aux emojis.

Non vraiment, pourra-t-on encore mimer l’ignorance malicieuse en envoyant une grosse pêche si son signifié sexuel n’est plus l’apanage de notre imagination ? Le business derrière le porno n’a définitivement pas fini son entreprise de détruire les derniers espaces de poésie de nos sexualités 2.0.

Partager sur les réseaux sociaux