Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Swipebuster va faire trembler les infidèles sur Tinder

En se servant des données publiques des utilisateurs de Tinder, Swipebuster permet de savoir qui se sert de l'application de dating.

Swipers compulsifs, tremblez ! Encore plus si vous êtes actif sur la fameuse application de dating alors que vous ne devriez pas vous y trouver.

Grâce à Swipebuster, vous n'avez pas besoin d'hacker l'application Tinder pour surveiller la personne que vous chérissez et que vous soupçonnez d'être sur l'application puisque le site donne la possibilité à quiconque de stalker les moindres faits et gestes de votre promis(e) sur Tinder si elle (ou il) s'y trouve.

Capture d’e?cran 2016-04-06 a?</span> <span class=11.11.16" width="680" height="287" />

La démarche à suivre est d'une simplicité étonnante puisqu'il suffit de se connecter sur le site, de renseigner le prénom de la personne à surveiller, son âge et la zone géographique où l'application à pu être utilisée pour la dernière fois. Last but not least, saisissez-vous de votre numéro de carte bancaire, déboursez l'équivalent d'un peu plus de 4 euros et le tour et joué.

Comment est-ce possible ?

Si vous pensiez que vos données personnelles étaient protégées sur Tinder, détrompez-vous. En effet, pour obtenir les résultats demandés, Swipebuster utilise simplement la base de données publique accessible à travers l'API de Tinder.

Capture d’e?cran 2016-04-06 a?</span> <span class=11.29.31" width="680" height="328" />

Interrogé par le magazine Vanity Fair, le développeur anonyme de Swipebuster veut vendre une image positive de son site. Il ne s'agirait pas, assure-t-il, d'offrir le moyen d'espionner des utilisateurs qui espéraient une certaine confidentialité.

Selon lui il s'agit au contraire d'une façon de responsabiliser les internautes sur le partage excessif des données. « Il y a tellement de données personnelles rendues publique sans que les personnes elles-mêmes en soient conscientes », regrette-t-il. Mais la cause ne pourrait éventuellement paraître « noble » que si elle n'était pas monétisée...

Un porte parole de Tinder a pour sa part réagi à Swipebuster en assumant le fait que « les informations de recherches qui apparaissent sur les profils des utilisateurs de l'application sont publiques », avant d'ajouter, non sans humour, que « si vous désirez savoir qui est sur Tinder, je vous recommande d'économiser votre argent et de télécharger gratuitement notre application ».