Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

PlayStation sort une vidéo aux relents sexistes pour la fête des mères

Pour la fête des Mères, Playstation France a sorti une petite vidéo en hommage aux mères… qui sent bon le sexisme bienveillant.

Le dimanche 30 mai marquait en France le jour de la fête des mères. Cette célébration est souvent l'occasion pour de nombreuses marques de proposer des promotions, ou de déployer des plans de communication plus ou moins douteux.

Cette année Sony a eu la mauvaise idée de s'y mettre. Dans un tweet daté du 30 mai 2021, le compte Playstation France a souhaité une « bonne fête des Mères » à sa communauté avec une courte vidéo qui perpétue des stéréotypes d'un autre âge.

https://twitter.com/PlayStationFR/status/1398957361721581571

 

La mère au foyer qui n'y comprend rien

Sous le ton de l'humour, la marque remercie les mères « qui appellent à table en plein milieu d'une partie », celles qui demandent « de faire pause pendant une partie en ligne », et celles qui « vous ont offert un jeu PSP pour votre PS3 ». Même les mères qui « arrivent dans la pièce quand vous êtes sur l'écran de chargement de GTA » ont le droit à leur petit mot (il s'agit visiblement ici de rappeler que les écrans de chargement du fameux jeu sont exagérément riches en images sexualisées qui pourrait créer une gêne entre un enfant et sa génitrice).

Très vite, le tweet a été critiqué par des internautes qui reprochent à Sony d'être « revenu 20 ans en arrière » ou de perpétuer des « biais sexistes » et des comportements « misogynes ». Il faut dire que la campagne cumule en effet bon nombre de clichés néfastes.

L’image de la mère qui appelle à table renvoie mécaniquement à celle datée de la mère au foyer. La « Mère Moulinex » représentée semble, en plus, ne rien comprendre aux jeux vidéo, puisqu'elle aurait l'outrecuidance de demander à ce que sa progéniture mette pause pendant un jeu en ligne. Passons sur les mères trop ignorantes pour faire la différence entre un jeu PSP et PS3 (par ailleurs, la production de PSP et de Playstation Vita ayant pris fin il y a quelques années, la dédicace parait vraiment anachronique, en 2021).

47 % des femmes jouent régulièrement

En opposant le monde de la cuisine et celui du jeu, Sony renforce non seulement les stéréotypes de genre, mais aussi ceux liés à l'âge, qui ferait mécaniquement perdre pied face au mystère technologique. Pourtant selon le rapport du SELL (le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs) daté de mars 2021, 47 % des femmes en France sont des joueuses régulières (notamment sur smartphone). L'âge moyen de cette catégorie est de 39 ans, du côté des femmes comme de celui des hommes. Avec ce spot, Sony marginalise la moitié de son auditoire potentiel en le ramenant aux tâches ménagères et à une posture d'ignorance envers le monde vidéoludique. D'autant plus qu'on imagine que l'entreprise n'aurait pas osé publier une vidéo similaire avec les mêmes clichés liés aux pères de famille.

Il existe bien évidemment des femmes qui ne saisissent pas tout au monde du jeu vidéo, exactement comme il existe des hommes perdus face à une PS5. Dans une industrie où les femmes sont régulièrement harcelées, ou certaines reçoivent des menaces de mort et où les studios continuent de fermer les yeux sur les agressions sexuelles, une bête vidéo comme celle-ci renforce les clichés délétères et perpétue l'idée que le jeu vidéo est un loisir d'homme (jeune de préférence). Même si cette image ne correspond plus du tout à la réalité et coûte terriblement cher aux femmes.

La fête des mères, en elle-même, est également de plus en plus décriée. Il s'agit, globalement, d'une fête aux relents sexistes : si, contrairement aux idées reçues, elle n'a pas été exactement inventée par le maréchal Pétain, elle a bien été utilisée par le régime de Vichy pour célébrer et populariser une certaine idée de la femme, au foyer, chargée de la reproduction et qui se dévoue à ses enfants.