Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

«Top Free best VPN», « meilleur planificateur n°1» : Google s'attaque aux applications trompeuses

Bientôt fini de remplir l’espace réservé au nom de l’appli avec des mots clés fallacieux. Google va encadrer plus strictement ce que les sociétés ont le droit de mettre dans l’icône, le titre et la description de leur application.

« Top free best VPN », « Meilleur planificateur de voyage », « Cleaner numéro un ».. sur le Google Play Store, certaines sociétés sont un peu promptes à s'auto-décerner des couronnes de lauriers. Bien sûr, les utilisatrices et utilisateurs avertis ne tombent pas dans le panneau. Mais les personnes moins familières des boutiques d’applications peuvent vite se laisser berner, et s’inscrire à des services de qualité douteuse, en pensant faire le meilleur choix.

Google a enfin décidé de mettre un peu d’ordre dans tout ça. La firme de Mountain View révèle, dans un billet de blog, qu’elle va imposer des règles plus strictes sur la présentation des applications.

Les adjectifs trompeurs seront interdits

Premier éléments dans le viseur, les stratégiques métadonnées à savoir, ici, le nom de l’application, celui du développeur, et l’icône de l’appli : « Les mots clés suggérant un classement de l'application dans le store, ou des promotions seront interdits aussi bien dans l'icône que dans le nom de l’application, et celui du développeur. » En clair, interdiction d'intégrer soi-même une petite coupe en or ou un bandeau « Numéro 1 » dans l’icône de l’appli, pour donner l’impression qu’elle a reçu un prix. Les sociétés qui rusent en intégrant des qualificatifs élogieux («Top», «#1») dans le nom de l'appli ou celui du développeur se verront également taper sur les doigts.

Les vendeurs n’auront plus le droit, non plus, d’insérer dans les métadonnées des emojis, de la ponctuation outrancière (!!!!!) ni des suggestions de prix ou de promotions. C’est ce que montre l’exemple de Google (image ci-dessous) dans lequel une hypothétique appli de réservation de billet tente d'appâter le chaland avec un bandeau rouge « Promo» sur l’icône, l’adjectif « Gratuit » dans l’espace réservé à son nom, et un « Pas de publicité » dans celui réservé au nom du développeur

Les fiches descriptives devront être réalistes

Plus de détails sur la date à laquelle ces changements interviendront seront donnés dans le courant de l’année. Et dès la deuxième moitié 2021, de nouvelles lignes directrices entreront en vigueur pour les fiches et les visuels descriptifs des applis.

Ces nouvelles lignes directrices sont les suivantes :

La chasse aux dark patterns

Ces changements constituent un pas en avant bienvenu, même s’ils ne stopperont certainement pas tous les abus. Certains concepteurs d’applis se montrent en effet redoutablement inventifs pour amener les clients à l’action souhaitée. Il est bien sûr tout à fait légitime -- et même souhaitable -- qu’une société cherche à rendre son service séduisant, en mettant ses réels points forts en avant, et en simplifiant son usage le plus possible. Mais lorsqu’elles complexifient délibérément la voie qu’elles ne souhaitent pas vous voir emprunter, elles franchissent la ligne rouge.

C’est le cas, par exemple, des applis ou des sites qui cachent l’endroit où se désabonner dans des sous-sous-sous rubriques aux intitulés sibyllins. Ou qui vous proposent des conditions générales d’utilisation (CGU) aussi longues qu’hermétiques, afin que vous ne les lisiez pas. C’est ce que les web designers et designeuses appellent parfois des « dark patterns » et inte,rnet en est hélas truffé. Si le sujet vous intéresse, on vous conseille l’excellent «Hall of fame» du site darkpatterns.org qui en recensent de nombreux, tous plus retors les uns que les autres.