Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Noël, cinémas fermés, Nouvel An compromis : les annonces de Jean Castex sur le déconfinement

Déconfinement plus rigide que prévu, Nouvel An compromis, couvre-feu entre 20h et 6h, cinémas et théâtres qui restent fermés : voici le point sur les annonces du Premier ministre Jean Castex, ce jeudi 10 décembre 2020.

« Décidément cette année 2020 aura été éprouvante. » Comme chaque semaine, le Premier ministre Jean Castex a tenu une conférence de presse ce jeudi 10 décembre au soir, accompagné des membres du gouvernement, pour faire le point sur l'épidémie liée à la maladie Covid-19.

La sortie de ce deuxième confinement est organisée en plusieurs phases, chacune conditionnée à un certain nombre de critères à remplir. Pour la deuxième phase, prévue pour le 15 décembre, deux objectifs ont été annoncés par Emmanuel Macron : moins de 5 000 cas positifs chaque jour ; moins de 3 000 personnes en réanimation. Cela commençait à se dessiner depuis plusieurs jours : ces objectifs risquent de ne pas être remplis le 15 décembre, a minima concernant le taux de positivité. Durant cette conférence de presse, Jean Castex était attendu sur ce sujet.

Le Premier ministre a justement annoncé de plus fortes restrictions, malgré une nouvelle phase bel et bien maintenue pour le 15 décembre. Voici ce qu'il faut retenir.

Les tendances actuelles de la deuxième vague

« C'est en France que l'épidémie est la mieux maitrisée par rapport à nos voisins européens », a introduit le Premier ministre. Il indique que la situation reste préoccupante dans certaines régions. Le nombre de cas positifs est passé de 50 000 par jour à 10 000 par jour. Une baisse dont il se félicite. Le taux d'incidence se situe quant à lui à 157 cas pour 100 000 habitants. Jean Castex a évoqué un « plateau » : le nombre de contaminations ne se réduit plus et tend même à remonter depuis quelques jours. « La partie est donc loin d’être gagnée », indique-t-il, nuançant en affirmant que la situation est similaire dans d'autres pays d'Europe -- l'Italie, l'Autriche, la Hongrie, le Portugal, la Suède.

« Nous ne sommes pas encore sortis de la deuxième vague », a rappelé Olivier Véran. Ce n'est toutefois pas une reprise épidémique. Il explique cette situation par l'allégement des mesures fin novembre, ainsi que par des facteurs climatiques. « Nous n'atteindrons pas les 5 000 diagnostics par jour au 15 décembre », constate le ministre de la Santé.

Il y a plus de malades hospitalisés au cours de la deuxième vague que durant la première vague. Olivier Véran a utilisé une image : un nouveau français est hospitalisé toutes les minutes en raison de la Covid-19. Un malade est placé d'urgence en réanimation toutes les 7 minutes.

Comment se dessine le scénario du 15 décembre

Jean Castex et Olivier Véran ont tous deux confirmé que l'objectif des 5 000 cas par jour ne sera clairement pas atteint du 15 décembre -- les chiffres représenteront plutôt le double. À partir de ce constat, le Premier ministre indique que les mesures vont être adaptées. Cette adaptation vient aussi de la particularité des fêtes de fin d'année, qui vont augmenter les contacts sociaux et donc les risques. On sait effectivement que Thanksgiving a entraîné une accélération de l'épidémie aux États-Unis.

Mardi prochain, la nouvelle étape est confirmée, le déplacement entre les régions sera possible, « mais les règles seront plus strictes » :

Le couvre-feu prévu pour le 15 décembre est maintenu, mais il sera durci :

Le télétravail doit être maintenu même après le 15 décembre, a insisté le Premier ministre.

Le point sur Noël

Noël n'est pas concerné par les règles plus strictes. Les déplacements seront autorisés pour la soirée du 24 décembre. Jean Castex a toutefois recommandé de respecter la règle des six personnes, ou encore de s'isoler plusieurs jours avant, surtout si des personnes vulnérables seront présentes.

Olivier Véran a précisé qu'un test de dépistage précédant Noël « n'est pas un totem d'immunité », insistant sur le risque d'un faux sentiment de sécurité. Un test négatif ne signifie pas qu'il faut lever tous les gestes barrières, et il est mieux de combiner avec plusieurs jours d'isolement avant le réveillon.

Le couvre-feu du 15 décembre

Le ministre de l'intérieur a présenté les motifs de dérogation pour le couvre-feu :

Le ministre en a profité pour préciser que depuis le début de ce second confinement, plus de 2,9 millions de personnes ont été contrôlées, menant à 285 000 verbalisations.

Le point sur les dépistages en France

« Nous voulons approcher le 100% de résultats rendus en moins de 24 heures, et on aimerait même en moins de 12 heures », a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran, précisant que 250 000 tests antigéniques sont réalisés chaque semaine actuellement.

Olivier Véran a par ailleurs annoncé quatre opérations de dépistage massif :