Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Vacances de Noël, commerces, loisirs... : ce qui va changer dès le 28 novembre et dans les mois qui viennent

Emmanuel Macon s'est exprimé le 24 novembre 2020 pour évoquer les conditions d'un déconfinement léger de la France. Le président de la République en a profité pour dessiner les contours d'un plan à moyen terme, en trois étapes.

Prévoir : voici le maître mot de l'allocution du président de la République Emmanuel Macron ce 24 novembre 2020. Car pour les Françaises et les Français, soumis à un couvre-feu puis à un reconfinement aux contours flous, il est difficile de se projeter sur la fin de l'année et le début de 2021. Quid des vacances, des fêtes, des commerces et surtout du sport qui a été touché en avance de phase par des fermetures administratives ?

Ce sont ces questions sur lesquelles Emmanuel Macron était attendu le 24 novembre, un peu moins de quatre semaines après le début officiel du confinement. Et, bien entendu, pour permettre aux citoyennes et aux citoyens de projeter leur quotidien à moyen terme, avec un planning plus clair des mois à venir -- ce que de nombreux pays d'Europe ont fait ces derniers jours, alors que les vaccins prometteurs se multiplient et entrent en phase 3 de tests.

« Nous devons tout faire pour éviter un troisième confinement », a lancé Emmanuel Macron, pour donner le ton.

Les trois étapes du déconfinement progressif

Emmanuel Macron a souhaité fixer un cap en plusieurs étapes.

La première étape aura lieu à partir du samedi 28 novembre 2020 : le confinement restera en vigueur, ainsi que les attestations.

La deuxième étape sera le 15 décembre 2020 : le confinement pourra être levé.

 

La troisième étape sera le 20 janvier 2021 : si le nombre de contamination reste en dessous de 5 000 contaminations.

Le constat sanitaire

Comme on s'en doutait, la situation sanitaire s'est améliorée -- Emmanuel Macron a commencé son discours par ces chiffres. Le nombre de cas positifs journaliers à la covid-19 a fortement reculé : il s'est établi à 20 000 cas par jour. La France a commencé une lente décrue dans les hôpitaux  et en réanimation. « Le pic de la seconde vague de l'épidémie est passé », a affirmé le président de la République. Emmanuel Macron a salué le dévouement des soignants et des professionnels et associatifs qui ont aidé : « c'est tous ensemble que nous avons réussi ».

Mais pour autant, la situation sanitaire n'est pas au beau fixe : « le virus circule toujours ». Les objectifs fixés par le président ne sont pas encore atteints et Emmanuel Macron a estimé qu'il fallait poursuivre les efforts. Pour éviter un troisième confinement, il faudra, dit le président « être responsable ».

À côté de cet engagement, Emmanuel Macron a rappelé l'intérêt de la stratégie « Tester, alerter, protéger » et les changements liés à cette stratégie : « il faudra faire mieux et plus simplement » dans la phase de test. Le rappel de l'intérêt de TousAntiCovid a été rappelé par le président, aux côtés des personnes engagées pour tracer par téléphone les cas contacts. Il s'agira également de mieux isoler les cas avérés touchés par la covid-19 : le président a prévenu qu'il souhaitait le rendre plus contraignant et plus accompagné.

Le troisième outil, bien entendu, est « le vaccin ». La stratégie de la France repose sur « plusieurs vaccins », en sécurisant suffisamment de doses. Emmanuel Macron a rappelé que la vaccination devait être faite de manière « claire et transparente ». Il a affirmé, pour la première fois, qu'il ne rendrait pas la vaccination obligatoire, même si une grande campagne de vaccination sera engagée. Les personnes les plus fragiles seront invitées à être vaccinées en premier.

Le président a évoqué enfin que les conséquences psychologiques de la pandémie étaient au cœur d'une mission du gouvernement, tout comme la vigilance nécessaire contre les violences faites aux femmes et aux enfants.

Du positif ?

Emmanuel Macron a tenu à finir son discours sur des notes positives, rappelant la solidarité et les avancées réalisées lors de la crise : technologiques, numériques, sanitaires, mais aussi bureaucratiques. Pour continuer sur cette lancée dans les années qui viennent, Emmanuel Macron a appelé à croire au « savoir et à la science », contre le « complotisme et l'obscurantisme ». Avant de conclure : « Nous pourrons inventer un nouvel avenir français ».