Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

« Epic a tiré le premier coup de feu » : Apple réclame maintenant de l'argent à Fortnite

L'heure est aux plaintes croisées entre Apple et Epic Games. Après une action en justice lancée cet été par le studio à l'origine de Fortnite, la firme de Cupertino riposte devant les tribunaux.

La bataille que se livrent Apple et Epic Games ne se déroule pas uniquement à grands coups de communiqués de presse. Elle prend place aussi par des plaintes croisées. Le 8 septembre, il a été constaté que la firme de Cupertino a contre-attaqué devant les tribunaux, estimant que le studio de jeux vidéo à l'origine de Fortnite a enfreint son contrat avec elle. Des dommages et intérêts sont réclamés.

La plainte, citée par CNN, reproche à Epic Games d'être à l'origine de la crise juridique et commerciale avec Apple, en tentant de contourner la commission de 30 % qu'Apple prélève sur toute transaction commerciale survenant dans Fortnite, dès lors que l'application a été téléchargée depuis l'App Store. Un montant que le studio de jeux vidéo trouve excessif et souhaite éviter, avec son propre mode de paiement.

Concrètement, Epic Games a annoncé mi-août une réduction permanente de 20 % du prix de sa monnaie virtuelle, les V-Bucks, à condition de passer par son propre service maison de paiement. Il s'agit d'une critique frontale des taxes de 30 % prélevées sur Android et iOS. Dans sa plainte, Apple fait donc mention d'un manque à gagner depuis qu'Epic a instauré sa propre solution de paiement comme unique manière de payer dans l'application iOS, « récupérant ainsi les commissions qui devraient revenir de droit à Apple. Selon nos informations, Epic a enregistré des transactions pour plusieurs millions de dollars et n'a rien payé à Apple. »

Epic avait également enchéri avec une parodie de la célèbre publicité 1984 d’Apple, qui prônait l’émancipation. « Epic a tiré le premier coup de feu dans ce litige, et sa conduite délibérée, effrontée et illégale ne peut pas être laissée sans réponse », peut-on lire dans la plainte du géant de l'électronique. « Il n'y a rien d'anticoncurrentiel à faire payer une commission à des tiers pour l'utilisation de ses services », est-il ajouté. « De nombreuses plateformes -- y compris le marché des applications d'Epic -- font exactement pareil ».

Des joueurs privés de saison 4 de Fortnite

Le conflit entre Apple et Epic Games a des effets très concrets pour celles et ceux jouant à Fortnite sur iOS. Avec le bannissement du jeu de l'App Store, ce qui affecte aussi bien les personnes sur iPhone que celles sur iPad, la saison 4 de Fortnite leur est refusée. Elles sont bloquées à la saison 3, ce qui de toute évidence ne leur va pas : des statistiques récentes montrent un effondrement de la fréquentation sur iOS.

Fin août, un premier jugement a été rendu par la justice américaine. Ce verdict préliminaire a estimé qu'Apple a bien le droit d'exclure Fortnite de l'App Store, et que son bannissement peut être levé à tout moment dès qu'Epic Games respecte les règles établies par la firme de Cupertino, mais n'a en revanche pas le droit de s'en prendre à l'Unreal Engine, qui pour le coup affecterait excessivement l'industrie vidéoludique.

La bataille entre Epic Games et Apple a parfois été perçue comme une sorte de remake de l'affrontement de David contre Goliath, avec le gentil studio vidéoludique proche de sa communauté contre un représentant des GAFA -- bataille qui a par la suite impliqué aussi Google, avec une affaire similaire sur Android. La réalité est plus nuancée ou, plutôt moins symbolique : c'est avant tout une histoire d'argent.