Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Déconfinement, phase 2 : restaurants, sports, zones... ce qui change au 2 juin 2020

Le 28 mai 2020, Édouard Philippe a annoncé les nouvelles mesures du déconfinement. Cette deuxième phase qui intervient une quinzaine de jours après la première permet de retrouver plus de libertés. Numerama fait le point sur la situation entre le 2 juin et le 22 juin.

Le 28 avril 2020, l'allocution du Premier ministre Édouard Philippe permettait de clarifier les premières étapes du déconfinement. On y découvrait alors la catégorisation par couleur des départements et les principales mesures qui accompagneraient bientôt le retour à la normale dans la vie des Françaises et des Français. Depuis le 11 mai, la France est donc divisée en deux groupes de départements, rouges et verts, qui ont des degrés différents de liberté.

Le 2 juin, l'heure est à l'accélération du déconfinement. La présence de la maladie recule sur le territoire national et même si une deuxième vague est encore à redouter, le confinement peut être amoindri. Toutes ces avancées viennent d'un bon respect du confinement quand il était en place et d'une bonne adoption globale des gestes barrières par la population, qu'il faudra continuer à appliquer.

Les nouveaux enjeux du déconfinement

Édouard Philippe a commencé par préciser le contexte général du déconfinement, qui entre dans une nouvelle phase. La phase 2, dans laquelle nous entrons, durera du 2 juin au 21 juin. La phase 3, a précisé le Premier ministre, commencera le 22 juin. « Les résultats sont bons sur le plan sanitaire », a annoncé Édouard Philippe, même s'il a précisé qu'il ne fallait pas faire preuve de désinvolture pour éviter tout risque.

Trois éléments seront à suivre et demanderont une grande vigilance :

Cela dit, l'objectif est clair pour Édouard Philippe : « la liberté est la règle ». L'urgence, désormais, est économique : le pays va devoir affronter une récession historique, annonce le Premier ministre.

La nouvelle carte des départements

Comme c'est le cas depuis le 28 avril, le gouvernement a transmis une carte des départements, classés par couleur. Plus aucun département n'est en rouge, mais, surprise, le orange des premières présentations fait son grand retour : il concerne les départements où la situation s'est améliorée, mais où elle n'est pas encore idéale.

« Aujourd'hui, tous les indicateurs sont au vert, à l'exception notable du Val d'Oise et Mayotte », a précisé Édouard Philippe. Les nouvelles sont « bonnes », mais pas suffisamment bonnes pour que « tout soit normal ». Les départements d'Île-de-France, la Guyane et Mayotte sont les trois zones où le virus circule plus qu'ailleurs : le déconfinement sera plus « prudent que sur le reste du territoire ».

Pour suivre la propagation de l'épidémie, quatre indicateurs seront mis en place par le ministère de la Santé. Olivier Véran les a détaillés.

En Île-de-France, le souci vient de l'incidence. À Mayotte et en Guyane, l'épidémie est toujours en cours, avec un facteur de reproduction supérieur à 1. « La couleur verte ne veut pas dire que le virus ne circule plus », affirme cependant Olivier Véran. Concernant les tests, le ministre a affirmé que « notre capacité de test nous met en possibilité de faire autant de tests que nécessaire » et que tous les Français doivent conduire à appeler un médecin pour en prescrire un.

Enfin, des mesures sanitaires exceptionnelles seront appliquées à Mayotte et en Guyane à cause de la circulation du virus. « Un contrôle très strict des déplacements vers ces territoires sera mis en place et des mesures strictes de quatorzaine seront prises quand on y arrive », a précisé Édouard Philippe.

Réouverture des bars, cafés et restaurants

C'était la décision la plus attendue, qui correspond à la possibilité de se réunir en extérieur. Alors que la mairie de Paris a pris de l'avance sur les annonces et a confirmé la réouverture des parcs et jardins pour ce week-end, le gouvernement a précisé les conditions de réouverture globales des lieux de détente.

Parcs, jardins et sports

Les parcs et les jardins vont rouvrir en zone orange. Les plages, les masques et les musées seront également rouverts. Le port du masque y sera obligatoire, précise Édouard Philippe.

Les sports de contact, les boîtes de nuit ou les rassemblements dans les lieux couverts resteront interdits.

Levée de la restriction des 100 km

Après une limite à 1 km pendant le confinement, le gouvernement a imposé aux citoyens une limite de déplacement de 100 km, afin de limiter les déplacements entre les départements. L'interdiction des déplacements est levée en France.

En Europe, la France est favorable à une réouverture des frontières de l'Europe sans quatorzaine. Pour l'heure, les frontières du pays restent fermées, sauf pour les ressortissants français qui pourront rentrer au pays. Hors Europe, les frontières restent fermées.

Les mesures pour l'éducation

Le ministre de l'Éducation est intervenu pour parler de la réouverture de l'école. Dans la phase 2, qui s'ouvre du 2 juin, toutes les écoles seront ouvertes, a annoncé M. Blanquer. « Toutes les écoles devront proposer un accueil aux familles », dans la limite de 15 élèves par classe.

Du côté des collèges, 95,5 % des collèges ont été ouverts en zone verte. Dans la phase 2, en zone verte, toutes les classes reprendront, de la 6e à la 3e. En zone orange, les élèves de 6e et de 5e seront accueillis en priorité. Le programme sanitaire est maintenu et des cours de « sport, culture et civisme » seront proposés.

Concernant les lycées, en zone verte, tous les lycées vont ouvrir le 2 juin (généraux, technologiques et professionnels), au moins sur l'un des trois niveaux, à l'appréciation des proviseurs. En zone orange, seuls les lycées professionnels ouvrent. Les élèves des lycées technologiques et professionnels pourront avoir recours à des entretiens individuels.

Application StopCovid

Édouard Philippe n'a pas manqué de rappeler l'intérêt supposé de StopCovid, voté la veilleL'application mobile, dit-il, n'est pas une « arme magique contre l'épidémie », mais un instrument pour lutter plus efficacement contre l'épidémie. Elle sera disponible le 2 juin, pour la deuxième phase du déconfinement, a précisé Édouard Philippe et pourrait être utile si le virus revient à l'automne.