Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Elon Musk avait traité un sauveteur en Thaïlande de « pédophile » : un procès se tiendra en octobre

Elon Musk cumule les ennuis à cause de ses déclarations sur Twitter.

C'était à la rentrée 2018 : des enfants et leur professeur de sport étaient piégés dans un système de grottes inondées en Thaïlande. L'événement tragique avait pris une tournure dramatique quand les autorités avaient été pressées d'agir à cause de pluies torrentielles en approche, risquant de noyer tout le monde. Mais il avait pris aussi une tournure cocasse, parce qu'Elon Musk s'en était mêlé, construisant à toute vitesse un sous-marin parfaitement inutile pour essayer de sauver les enfants. Cela lui avait attiré les foudres d'un des responsables du sauvetage... qu'il avait traité de pédophile.

Vern Unsworth, le plongeur britannique, n'a pas apprécié cette injure. Il a rapidement porté l'affaire devant un tribunal, qui a jugé dans un premier temps qu'il ne s'agissait pas de diffamation -- tout du moins un dossier pas assez conséquent pour en faire une affaire. Mais voilà, le patron de Tesla ne s'est pas arrêté à un bref « pedo guy » lancé sur Twitter : il a poursuivi sa démonstration auprès de celles et ceux, journalistes principalement, qui lui ont demandé d'élaborer. Le milliardaire a en effet affirmé à Buzzfeed que Vern Unsworth était allé en « Thaïlande pour marier une fillette de 12 ans » et a même invité les journalistes locaux à vérifier son histoire.

C'est cette insistance qui a convaincu le juge Wilson de porter l'affaire devant les tribunaux, l'insulte s'étant transformée subitement en campagne. Une première audience se tiendra le 7 octobre 2019 et le procès en lui-même se tiendra le 22 octobre. Tout cela ne signifie pas qu'Elon Musk est coupable, bien entendu, mais simplement que l'affaire est suffisamment sérieuse pour qu'un juge s'y intéresse. Il est possible que l'on découvre que ce qui a été pris pour de la diffamation soit finalement, après enquête, la vérité -- mais cette version semble peu probable.

Quoi qu'il en soit, cette affaire rappelle une fois de plus à quel point Twitter est le talon d'Achille d'Elon Musk : il doit à son activité sur le réseau social beaucoup de problèmes qu'il aurait pu éviter. Au-delà de cette affaire thaïlandaise, il faut rappeler qu'Elon Musk a perdu beaucoup d'argent et la présidence de Tesla à cause d'un tweet.