Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Votre smartphone pourra bientôt servir de carte Vitale

La carte Vitale subira aussi la dématérialisation : à partir de 2021, une application mobile sera proposée à la population. Elle a vocation à devenir l’outil d’identification et d’authentification des patients.

La carte Vitale vit ses dernières années. Du moins, sous sa forme actuelle. À partir de 2021, le petit rectangle de plastique sera progressivement remplacé au profit d'une application mobile appelée apCV (application carte Vitale ou appli carte Vitale). C'est ce qu'a annoncé Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, jeudi 25 avril en présentant la feuille de route du gouvernement sur le numérique et la santé.

Le déploiement de cette application se fera en deux temps : il y aura d'abord une phase d'expérimentation, qui débutera au cours du troisième trimestre 2019 (un décret doit être publié cet été pour autoriser ce test). Ensuite viendra le temps de la généralisation. Celui-ci est fixé pour 2021. Les modalités de l'expérimentation ainsi que du déploiement restent à préciser.

Cohabitation avec la carte Vitale

Ce qui est sûr, c'est que l'application « est destinée à devenir l’outil d’identification et d’authentification des patients dans le système de santé », prévient le ministère de la Santé dans la mesure où la population est aujourd'hui « largement équipée » : Minoritaires sont les personnes à ne pas avoir de smartphone en France (25 %, en recul, selon les données de 2018 du CRÉDOC). Le développement d'une application mobile se justifie donc.

La généralisation à partir de 2021 de l'application apCV ne signifie pas que la carte vitale ne sera plus utilisable à cette date. Le délai de la transition n'est pas précisé, mais il devrait être assez étendu pour permettre aux populations n'ayant pas de « mobile multifonction » de pouvoir continuer à aller chez le médecin, à l'hôpital ou chez le pharmacien sans souci. Une cohabitation longue est en principe à prévoir.

Dans l'application, le patient pourra accéder à différents services offerts par son organisme complémentaire en santé et réaliser certaines démarches en ligne. Elle permettra de garder ses droits à jour sans avoir besoin de passer par une borne dédiée. D'autres usages pourraient ensuite être envisagés. Cependant, son usage premier sera l’authentification numérique des usagers du système de santé.

(mise à jour avec une correction pour préciser le taux d'équipement en smartphone en France en 2018)