Au Journal officiel a été publiée une loi qui prévoit la mise en place d'une base de données nationale sur les défibrillateurs automatisés externes

Savez-vous où se trouve le défibrillateur automatisé externe (DAE) le plus proche de vous ? Non ? Alors il est peut-être temps d’installer l’application mobile Staying Alive, qui permet de positionner sur une carte tous les appareils de ce type à proximité de votre position géographique, afin de savoir dans quelle direction aller pour en prendre un si jamais une personne est en arrêt cardio-respiratoire.

L’interface.

L’application, qui a une dimension coopérative puisque chacun peut proposer l’ajout d’un nouveau DAE dans l’application s’il repère qui n’est pas encore référencé (ou s’il y a un doublon ou qu’un appareil est mal positionné sur la carte, également), jouit aujourd’hui d’une vaste base de données, puisque l’application liste plus de 108 300 défibrillateurs dans 144 pays.

Cette application, qui est alimentée par les utilisateurs, pourra peut-être profiter un jour de la base de données nationale des défibrillateurs automatisés externes qui sera mise en place prochainement. Comme le pointe Next Inpact, la loi n° 2018-527 du 28 juin 2018 relative au défibrillateur cardiaque, publiée le lendemain au Journal officiel, a un article de loi qui impose un tel référencement.

« Il est créé une base de données nationale relative aux lieux d’implantation et à l’accessibilité des défibrillateurs automatisés externes sur l’ensemble du territoire, constituée au moyen des informations fournies par les exploitants de ces appareils à un organisme désigné par décret pour la gestion, l’exploitation et la mise à disposition de ces données », lit-on dans l’article.

Ce type de base de données pourrait s’avérer fort pratique pour une application comme Staying Alive, qui pourrait ainsi se brancher dessus pour en récupérer les informations et bénéficier d’une liste à jour. Cela pourrait indispensable alors qu’il est estimé que 110 personnes meurent chaque jour d’un arrêt cardiaque hors de l’hôpital et que 33 d’entre elles pourraient être sauvées, selon l’INSERM.

À lire sur Numerama : L’appli qui sauve  : la Croix-Rouge vous assiste dans les premiers secours

Partager sur les réseaux sociaux