Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Les effets des algorithmes sur la concurrence préoccupent en France et en Allemagne

L'Autorité de la concurrence et son homologue allemande lancent une étude sur le rôle que peuvent avoir les algorithmes sur les pratiques anticoncurrentielles.

Quels effets peuvent avoir les algorithmes sur la concurrence ? C'est en vue d'éclaircir cette problématique que l'autorité administrative indépendante française chargée de combattre les pratiques anticoncurrentielles annonce, mardi 19 juin, un projet visant à étudier leurs conséquences potentielles.

Ce travail se fera en partenariat avec le Bundeskartellamt, l'homologue allemand de l'Autorité de la concurrence. « Il aura pour objectif principal d'analyser, d'une part, les implications et les défis que posent les algorithmes et d'identifier, d'autre part, les approches conceptuelles permettant de les appréhender », est-il annoncé. Un rapport sera ensuite rendu public.

Mieux appréhender les algorithmes

Celui-ci s'attachera à dresser une typologie des algorithmes, détaille l'institution, mais aussi à évaluer leurs éventuels effets nuisibles sur la concurrence et à résoudre certains enjeux, qu'il s'agisse de la faculté de savoir qu'ils existent et qu'ils sont employés dans telle ou telle circonstance, mais aussi de la possibilité de les analyser pour les comprendre et déterminer ce qu'ils font, et comment.

« Les algorithmes sont de plus en plus structurants et, parallèlement, de plus en plus sophistiqués », observe l'autorité et leur « utilisation croissante » pose question sur le « fonctionnement concurrentiel des marchés et, plus largement, sur la société ». Ainsi, il est rappelé que ces instructions « pourraient également réduire la nécessité d'une intervention humaine », conduisant à toujours plus d'automatisation.

Or, « dans un contexte d'interactions stratégiques, ils pourraient faciliter la collusion et servir de support à la réalisation d'ententes. Par ailleurs, il pourrait y avoir des interdépendances entre les algorithmes et le pouvoir de marché des entreprises les utilisant. Cela peut aboutir à la création de barrières additionnelles à l'entrée des marchés», prévient le binôme franco-allemand.