La Commission européenne a annulé le premier appel à candidatures dans le cadre du projet WiFi4EU, après la découverte d'une vulnérabilité. Celle-ci ne mettait plus les communes postulantes sur un pied d'égalité.

Faux départ pour WiFi4EU, nom donné à l’initiative européenne consistant à financer l’installation de réseaux Wi-Fi dans les villes n’ayant aucun hotspot. La Commission européenne a en effet annoncé l’annulation du premier appel à candidatures, jeudi 14 juin, après la découverte d’une erreur technique ayant empêché les candidats de participer sur un pied d’égalité.

Dans un communiqué, Mariya Gabriel, la commissaire bulgare responsable de la politique numérique européenne, explique que Bruxelles a reçu des informations au sujet d’une faille qui permettait à des municipalités de présenter une demande de bonne foi avant l’heure, ce qui les avantageait par rapport à d’autres attendant le top départ pour faire une demande — les places étant en effet limitées.

La vulnérabilité se trouvait dans un logiciel fourni par un sous-traitant, est-il précisé. Bruxelles a donc préféré tout arrêter : un nouvel appel à candidatures est prévu à l’automne 2018, à une date qui reste à définir et une fois que tous les aléas informatiques auront été réglés. En principe, tous les postulants seront cette fois sur un pied d’égalité, toujours selon la logique du premier arrivé, premier servi.

L’opération WiFi4EU (qui signifie « du Wi-Fi pour l’Europe ») consiste en une aide européenne directe de 15 000 euros par commune afin d’installer un accès sans fil en haut débit dans les espaces publics, à condition que la circonscription ne dispose pas déjà d’une liaison sans fil — que celle-ci soit publique ou privée. Selon Bruxelles, 18 000 villes se sont manifestées via le portail dédié.

Partager sur les réseaux sociaux