Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Prise de vue par drone : quels sont les lieux en France où c’est interdit

Les drones capables de photographier ou de filmer ne peuvent pas être utilisés partout. Il existe d'ailleurs une liste officielle de lieux prohibés.

Vous possédez un drone capable de faire des prises de vue ? Alors il va falloir vérifier scrupuleusement que les lieux dans lesquels vous comptez prendre des photos ou tourner des films figurent bien dans des zones autorisées. En effet, le gouvernement a fait publier au Journal officiel le 1er mars un nouvel arrêté qui fixe « la liste des zones du territoire national interdites à la prise de vue aérienne » par tout dispositif.

Depuis l'essor des drones de loisir, il s'agit du quatrième arrêté pris par l'exécutif. Les précédents, qui datent respectivement du 27 janvier 2017, du 27 octobre 2017 et du 12 octobre 2018, ont tous été abrogés, à mesure que la liste des zones prohibées a été actualisée. La dernière mise à jour, celle justifiant l'arrêté du 1er mars, est modeste : elle ne compte que deux nouveaux lieux, observe le journaliste Jean-Marc Manach.

Il s'agit du centre pénitentiaire de Longuenesse, qui se trouve dans le département du Pas-de-Calais, et du Fort de Brégançon, une place forte transformée en résidence d’État qui est utilisée par les présidents de la République comme lieu de vacances.

289 lieux concernés

Au total, on dénombre, en date du 1er mars 2019, 289 lieux dans lesquels il est interdit de photographier ou filmer, quel que soit le capteur utilisé, depuis une prise de vue aérienne, que ce soit en métropole ou en outre-mer. Cette liste, qui comptait 157 sites en janvier 2017, a donc pratiquement doublé en l'espace de deux ans.

La majorité d'entre elles dépend du ministère des armées, mais on recense aussi des endroits supervisés par les ministères de la justice, de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, de l'intérieur ou encore de la transition écologique et solidaire.

La liste du gouvernement n'est pas du tout commode à utiliser (chaque lieu est défini par un polygone d'interdiction dont les sommets sont des coordonnées géographiques). Il existe des solutions plus adaptées pour le grand public. Par contre, les fabricants de drones peuvent s'appuyer dessus, en ajoutant ces coordonnées dans l'ordinateur de bord. et ainsi empêcher leurs appareils d'approcher les zones prohibées.

http://www.numerama.com/politique/218397-une-carte-pour-savoir-ou-piloter-son-drone-en-toute-legalite.html

(mise à jour le 05 mars 2019 avec le dernier arrêté)