Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

#MacronLeaks : pourquoi la sécurité informatique est devenue l'un des moments d'une campagne

Emmanuel Macron a été élu président de la République au terme d'une campagne mouvementée qui s'est achevée par la diffusion de documents confidentiels, volés sur les boîtes mail des proches du président.

Vendredi soir, à quelques heures du second tour de l'élection présidentielle, des documents confidentiels appartenant au parti En Marche ! ont été dévoilés sur Internet. Le timing était parfaitement calculé pour faire du bruit : en période de réserve politique et médiatique, ni les candidats ni la presse ne pouvait se saisir de cette affaire et publier des informations ou des démentis. Les seuls articles qui sont sortis à ce sujet ont d'ailleurs montré ce qu'il y avait à montrer, sans tomber dans le sensationnalisme -- l'erreur de la presse américaine avec les mails d'Hilary Clinton : il y a eu une volonté de perturber le processus électoral.

Rapidement, un consensus est né autour de ces documents : ils ne contiennent rien d'étrange ou de compromettant pour le président de la République. Leur authenticité aura besoin d'être vérifiée et il est à peu près sûr que certains documents ont été édités avant d'être diffusés sur le web, mais à première vue, leur contenu n'est pas problématique. Des salaires. Des factures. Des mails d'organisation. Des recommandations sur des nominations pour les législatives. Des notes de synthèse. Si on enlève les mails personnels, on a le sentiment de se trouver dans les coulisses d'une campagne présidentielle bien menée et bien orchestrée.

Et pourtant, on ne peut s'empêcher de penser à une chose : malgré les best practices, malgré les recommandations de l'ANSSI, malgré des conseillers de campagnes rodés à l'exercice du web et qui connaissent ses pièges, un piratage a eu lieu. Il a reposé sur trois erreurs qui auraient pu être évitées.

Ces trois défauts liés à la sécurité informatique et qui ont touché des responsables d'En Marche ! montrent à quel point il est nécessaire, aujourd'hui, de gagner en connaissance de l'outil informatiqueEn 2017, le vol de données numériques est devenu l'un des moments d'une campagne qui n'a pas eu l'impact que les voleurs cherchaient à avoir. En 2022, et pendant tout le quinquennat qui s'annonce, il devient urgent de former politiques et citoyens à ces problématiques.