Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le réseau Tor est bloqué en Turquie

Un mois et demi après que la Turquie ait enjoint ses fournisseurs d'accès à Internet de bloquer les VPN, la mesure semble avoir pris effet sur Tor.

Le 4 novembre en Turquie, le BTK (l'autorité des technologies de l'information et de la communication) avait ordonné aux fournisseurs d'accès à Internet de bloquer l'accès à une dizaine de VPN commerciaux, ainsi qu'au réseau Tor ; autant de services permettant de contourner les restrictions sur les réseaux sociaux et autres services en ligne annoncées le même jour.

Si Tor (dont le nom, en turc, signifie par coïncidence « filet », « réseau » ou « web ») n'a pas été touché dans l'immédiat, beaucoup de VPN sont devenus inutilisables. Depuis une semaine, néanmoins, on a pu constater une forte hausse de l'utilisation de Tor en Turquie, que certains ont logiquement imputée à l'arrivée d'usagers de VPN bloqués :

https://twitter.com/egretimemur/status/809814123513081856

https://twitter.com/ahmetasabanci/status/809842978370060288

La réalité s'est avérée nettement moins optimiste. Le site Turkey Blocks, dédié à la censure turque sur l'accès à Internet, a publié dimanche 18 décembre une courte étude montrant effectivement une anomalie de l'usage de Tor en Turquie depuis environ le 11 décembre. Mais le pic, beaucoup trop haut pour être naturel, est en fait constitué de centaines de requêtes échouées à chaque tentative de connexion par un utilisateur. Celles-ci sont malencontreusement identifiées par les outils d'analyse de Tor comme étant de nouveaux usagers.

tor-direct-connection-rise-turkey

« L'accès à Tor avec la configuration par défaut est maintenant largement – mais pas totalement – restreint », conclut le groupe de défense des libertés. « L'interdiction gouvernementale couvre également des services VPN commerciaux spécifiques, mais pas des solutions VPN professionnelles ou personnalisées, telles que celles déployées par les entreprises pour permettre un accès à distance par les employés ».

Le gouvernement de Recep Tayyip Erdo?an est accusé depuis longtemps de dérives autoritaires, manifestées notamment par des coupures répétées de Facebook et de Twitter. Depuis la tentative de coup d'État en juillet, les libertés en Turquie se sont fortement dégradées : ainsi a-t-on vu la fermeture d'une centaine de médias et l'arrestation de dizaines de milliers de partisans supposés de Fethullah Gülen, un prédicateur islamique entouré d'une réputation de dérives sectaires, mais partisan d'un État laïc.