Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Chiffrement : le gouvernement rejette les backdoors

Au nom du gouvernement, la secrétaire d'État au numérique Axelle Lemaire a fait rejeter l'amendement de Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) qui voulait imposer des backdoors dans les systèmes de communication chiffrés.

La secrétaire d'État au numérique Axelle Lemaire a fait rejeter mercredi soir l'amendement proposé par Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), qui avait proposé d'instaurer des backdoors obligatoires dans les appareils permettant de communiquer de manière chiffrée. La ministre s'était déjà dit favorable au droit au chiffrement, mais elle a rappelé cette position au nom de l'ensemble du gouvernement, y compris donc le ministère de l'Intérieur.

« Ce que vous proposez c'est une vulnérabilité by design », a expliqué Mme Lemaire, reconnaissant que c'était une demande croissante des forces de l'ordre. « C'est inapproprié. D'abord parce que ce n'est pas l'objet de la loi. Ensuite parce que le texte confère une nouvelle mission à la CNIL, qui est la promotion du chiffrement. Enfin parce que l'actualité récente montre à quel point le fait d'introduire des failles délibérément à la demande — voire parfois sans le savoir  —des agences de renseignement a un effet qui est de nuire à l'ensemble de la communauté ».

Mme Lemaire a fait référence explicitement à la position des Pays-Bas qui ont fait du chiffrement un droit de l'homme, et de l'affaire Juniper qui pose encore le trouble sur les fournisseurs de matériels.

Avec un backdoor, « les données personnelles ne sont plus du tout protégées », a fait remarque Axelle Lemaire. « Même si l'intention [de donner des moyens aux forces de l'ordre] est louable, ça ouvre aussi la porte à des acteurs qui ont des intentions moins louables, sans parler des dommages économiques possibles pour l'atteinte à la crédibilité des entreprises qui prévoient ces failles ».

« Vous avez raison d'alimenter le débat, mais ce n'est pas la bonne solution selon l'avis du gouvernement », a conclu la secrétaire d'État.

La députée et vice-présidente des Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet a finalement retiré son amendement, mais en continuant à le défendre sur le fond. « J'ai vu cette comparaison circuler sur Internet avec les maisons [pour lesquelles il ne faudrait pas fournir de clés aux autorités]. Mais en matière de maisons, bah oui, ça s'appelle des perquisitions », a-t-elle protesté.