Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Anonymous diffuse des données sur des participants à la COP21

Des membres de la mouvance Anonymous ont diffusé des données sensibles sur des participants à la COP21.

Anonymous s'invite à la COP21. Alors que se déroule actuellement à Paris la conférence sur le climat, qui doit déboucher sur un accord devant empêcher que l'augmentation de la hausse de la température moyenne de la Terre ne dépasse pas 2°C à la fin du siècle, des membres de la mouvance ont visiblement décidé de venger les manifestants qui ont été arrêtés dimanche alors qu'ils avaient bravé l'état d'urgence, en se rassemblant place de la République.

Le Guardian signale que les données de connexion de 1 415 personnes impliquées dans les négociations de la COP21 ont été dérobées lors du piratage du site de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Ces éléments, ainsi que des informations plus personnelles ont ensuite été diffusées : nom, numéro de téléphone, pseudonyme, adresse e-mail, question & réponse secrètes.

Interrogé sur la réalité du piratage, le porte-parole du CNUCC, Nick Nuttal a confirmé un incident sur le site, mais sans toutefois confirmer l'intrusion et la copie illicite de données sensibles. « Je peux confirmer qu'il y a eu un incident de piratage informatique plus tôt cette semaine et que cela a été pris en charge par les experts en sécurité de la conférence », s'est-il contenté de dire, repris par l'International Business Times.

Une observation des noms contenus dans la liste montre que les victimes proviennent de divers pays (France, États-Unis, Pérou, Chine, Inde, Suisse, Royaume-Uni, Allemagne...). C'est a priori une toute banale injection SQL qui aurait permis aux assaillants d'exposer le contenu de la base de données, selon des experts cités par les deux journaux.

Encore une fois, l'action conduite au nom d'Anonymous fait débat.

Si l'on peut contester tout à fait la durée de l'état d'urgence votée à la suite des attentats du 13 novembre ainsi que ses effets délétères sur les libertés individuelles, comme le droit de manifester, on ne voit pas bien en quoi la fuite de données sensibles appartenant à des personnes qui ne sont pas du tout impliquées de près ou de loin à la politique sécuritaire du gouvernement va apporter une quelconque réponse pertinente à la situation.