Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le fondateur d’Elyze, l’app accusée de favoriser Macron, rejoint la porte parole du gouvernement

Elyze, l’application phénomène téléchargée des centaines de milliers de fois avant la campagne de la présidentielle, avait fait l’objet de plusieurs polémiques.

« M. Grégoire CAZCARRA est nommé conseiller en charge de la communication numérique et de la prospective, au cabinet de la secrétaire d'État auprès de la Première ministre, porte-parole du Gouvernement, à compter du 9 juin 2022 ». L'information, brève, a été rendue publique dans le journal officiel du 14 juin 2022. 

Elyze, l'app surnommée le « Tinder de la politique », fait encore une fois parler d'elle. Mais cette fois-ci, ça n'est pas parce qu'elle est accusée de favoriser un candidat plus qu'un autre, ou bien parce qu'elle s'est fait retirer du Play Store d'Android : l'un de ses co-fondateur, Grégoire Cazcarra, a été nommé au cabinet de la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire. 

Un poste très politique

Il s'agit d'un poste très important : Olivia Grégoire est « chargée de rendre compte des travaux du conseil des ministres et, plus généralement, d'exercer une mission d'information sur les activités du Gouvernement. Elle est informée, pour l'exercice de ses attributions, des différentes actions menées par les membres du Gouvernement », note le journal officielElle sera donc, par son poste, régulièrement en contact avec la presse, mais aussi tous les autres membres du gouvernement — à travers elle, Grégoire Cazcarra le sera également.

« Au porte-parolat, je vais pouvoir poursuivre mon engagement [...] en faveur d’un dialogue démocratique renouvelé entre le gouvernement et les citoyens, en particulier les plus jeunes », explique Grégoire Cazcarra, joint par Numerama. Il nous assume qu’il n’y aura « aucun lien » entre Elyze et son nouvel emploi. « Je me suis mis en retrait de ce projet et plus largement de toutes mes responsabilités associatives avant mon entrée en fonction pour m’y consacrer pleinement. »

Certaines des propositions des candidats sur Elyze, en janvier 2022 // Source : Elyze

Elyze, un succès entaché de polémiques

Grégoire Cazcarra était encore jusque-là étudiant. Selon sa page LinkedIn, il serait en train d'effectuer un master à l'ESCP, une école de commerce, après avoir étudié à Sciences Po et à l'ENS. Sa mission auprès de la porte-parole ne sera pas la première fois qu'il travaille pour l'exécutif : toujours selon LinkedIn, il a auparavant fait un stage dans le cabinet de Geneviève Darrieussecq, qui était ministre déléguée chargée de la mémoire et des anciens combattants lors du précédent mandat. 

C'est cependant par le biais d'Elyze, l'application qu'il a co-fondée avec François Mari, un autre étudiant, qu'il s'est fait connaître. L'app, lancée en début d'année 2022, quelques mois avant l'élection présidentielle, a rapidement rencontré le succès et s'est pendant un temps hissée numéro 1 des téléchargements sur le Play Store. 

L'app avait un fonctionnement simple : il suffisait de swiper sur les propositions des candidats, pour savoir duquel l'utilisateur se sentait le plus proche au niveau des idées. Mais Elyze s'est aussi attiré les foudres de plusieurs observateurs : certains ont remarqué que lorsqu'il y avait égalité entre les candidats, c'était Emmanuel Macron qui était mis en avant. Le développeur Mathis Hammel avait aussi remarqué plusieurs problèmes de sécurité, et la CNIL était même intervenue pour dire qu'elle allait regarder de près l'utilisation des données récoltées. 

Suite aux polémiques, les fondateurs avaient indiqué avoir changé les dispositions de l’application pour les candidats arrivés ex æquo, et avoir supprimé l’ensemble des données collectées par l’app. Cependant, Mathis Hammel avait pointé du doigt les manquements de l’app, a constaté que le bug n’avait pas été corrigé « pendant quelques semaines ».

https://twitter.com/MathisHammel/status/1482393799456436228