Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Jay-Z refuse de dépecer son dernier album sur iTunes

"Les films ne sont pas vendus scène par scène, je ne vois pas pourquoi cette collection devrait être séparée en singles individuels." Etrange comparaison, que celle faite par Jay-Z pour justifier son refus de proposer American Gangster sur iTunes. Pourtant, elle relève d'une chose qui a longtemps été reproché à la plateforme, et qui continue de faire fuire maisons de disque et artistes. iTunes offre la possibilité d'acheter chaque titre à l'unité quelque soit la réticence de la maison de disque à cet égard. A partir de là, rien n'est négociable, et c'est à l'artiste d'accepter cela ou d'aller voir ailleurs.

C'est cette même intransigeance qui avait déjà fait claquer la porte à NBC Universal, lorsque le conglomérat de médias s'était vu refusé l'opportunité de vendre ses épisodes par package et non à l'unité. Et encore une fois, c'est Amazon qui récupère la mise, mais aussi avec Rhapsody et Rocafella.com. Jay-Z n'est pas le premier à défendre le format album contre la politique unitaire d'iTunes. Déjà la plateforme avait essuyé les critiques de groupes comme Metallica, Dave Matthews Band ou les Red Hot Chili Peppers. "Personne ne peut dicter à un artiste, n'importe lequel, comment il doit s'exprimer" continue Jay-Z. Peut être, mais comment vendre, oui, et Apple ne s'en prive pas, quitte à connaître quelques malheureux départs.