Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Echec pour Schwarzy et sa loi contre les jeux vidéo violents

Coup dur pour Schwarzenegger. Le gouverneur de Californie, qui semble avoir bien vite oublié ses antécédents de Terminator ou de Conan le Barbare, mène une lutte sans pitié contre les jeux vidéo violents, peut être pour se racheter auprès des milliers de guerriers qu'il a pu trucider pendant ses films en apportant paix et démocratie chez les geeks.

Mais voilà, un juge fédéral a déclaré que la loi passée Schwarzy en 2005 concernant la régulation des jeux vidéo (notamment par une labellisation et une interdiction de vente aux mineurs) était inconstitutionnelle. Ronald Whyte, qui avait déjà critiqué cette loi auparavant, a déposé un arrêté permanent qui tire ses conclusions de juges ayant pris une position similaire dans les autres états.

"Pour le moment, il n'a pas été démontré que les jeux vidéo violents tels que les définit la loi, en l'absence d'autres médias violents, portent préjudice aux enfants" argue le juge. "De plus, aucune preuve n'a été établie selon laquelle ces jeux vidéo, de par leur nature interactive ou quoi que ce soit d'autre, soient plus néfastes que la violence à la télévision, dans les films, ou sur les sites Internet." 

Whyte ne se déclare pas antipathique au but de cette loi, mais estime juste qu'elle fait obstruction au premier amendement concernant la liberté d'expression, ce que mettaient en avant plusieurs associations d'industriels du secteur pour obtenir son retrait. Ils doivent maintenant se réjouir de cet arrêté, qui, après tout, constitue un beau pied-de-nez à l'acteur dont l'apport à la violence cinématographique a été tout sauf modeste. Schwarzenegger a déclaré qu'il porterait l'affaire devant la cour d'appel administrative. Affaire à suivre...