Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Free Mobile : très forte hausse des tarifs télécoms pour la Tunisie

À compter du 1er janvier 2015, le coût des télécommunications concernant la Tunisie va très fortement augmenter. Free Mobile a prévenu sa clientèle dans un courrier envoyé ce samedi. La hausse des prix concerne les appels téléphoniques, les SMS, les MMS et l'accès à l'Internet mobile.

Si vous êtes un client de Free Mobile et êtes souvent en déplacement en Tunisie, il va vous falloir surveiller de très près votre facture téléphonique. En effet, le coût des appels, des SMS, des MMS et de la navigation sur l'Internet mobile va connaître une très forte hausse au 1er janvier 2015. Un courrier, envoyé aujourd'hui par l'opérateur, précise l'évolution tarifaire qui aura lieu dans un peu plus d'un mois.

Concernant les appels depuis la Tunisie (facturation par minute indivisible pour les appels émis et reçus depuis la Tunisie) :

Concernant les appels reçus en Tunisie :

Concernant les SMS et MMS :

Concernant les données consommées dans le cadre de l'Internet mobile :

Dans son message, Free précise que ces évolutions ne sont pas de sa responsabilité. Il s'agit d'une répercussion "suite à la décision des opérateurs tunisiens de relever le prix des communications passées depuis la Tunisie", vis-à-vis de laquelle l'opérateur n'a pas de marge de manoeuvre. Ces prix s'appliqueront aussi bien au forfait principal (19,99 euros) qu'au forfait secondaire (2 euros).

Le site Freenews, qui rapporte aussi la nouvelle, indique que la hausse décidée par les opérateurs tunisiens est elle-même une répercussion suite aux investissements consentis par l'État tunisien dans les infrastructures de télécommunications, dont le montant est évalué à 1,2 milliard d'euros. Mais par le jeu des répercussions, c'est bien l'usager final qui devra en supporter le coût.

( photo : CC BY-NC-SA : Paul Appleyard )