Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Condamnation : Google oublie sa version mobile

La CNIL a ordonné à Google d'afficher pendant 48 heures un encart signalant aux internautes sa condamnation suite à ses manquements à la loi informatique et libertés. Si la firme de Mountain View l'affiche bien pour la version classique de son moteur de recherche, il semble avoir oublié sa version mobile, pourtant très populaire.

Depuis cette nuit, Google affiche sur sa page d'accueil un encart annonçant sa condamnation par la CNIL à une amende de 150 000 euros pour ses "manquements à la loi informatiques et libertés". Cette publication, qui persistera pendant deux jours, vise, selon l'autorité administrative indépendante, à "informer les personnes concernées, qui ne sont pas en mesure d'exercer leurs droits".

Mais selon nos constatations, la firme de Mountain View n'affiche pas cet encart partout. Si celui-ci est visible sur la version classique du moteur de recherche, il n'apparaît pas du tout sur sa version mobile. Nous nous sommes connectés à Google France depuis plusieurs terminaux et le communiqué annonçant la condamnation de l'entreprise n'est jamais apparu.

 

La question qui se pose ici est de savoir si l'absence du message sur la version mobile de Google France peut constituer un défaut d'application de la décision de la CNIL, dans la mesure où cette adresse est bien celle visée par la CNIL, à ceci près que l'interface a été adaptée pour les smartphones et les tablettes. Et il s'agit-là d'une question importante, puisque la fréquentation mobile de Google est très importante.

Selon des données récentes (deuxième trimestre 2013) livrées par Médiamétrie et relayées par le Blog du Modérateur, Google est le premier site mobile visité par les internautes français, loin devant Facebook, YouTube, Orange et Wikipédia.

Pour mémoire, voici les modalités de publication du communiqué édictées par la CNIL :