Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Domotique : une maison contrôlée par la pensée

Pourra-t-on un jour allumer la lumière simplement en pensant à allumer la lumière ? Dans le nord de la France, un informaticien s'amuse avec l'idée, en ajoutant une interface neuronale à sa maison entièrement équipée en domotique.

Ingénieur et passionné par les nouvelles technologies, Joffrey Dislaire a construit à Lille sa propre maison basse consommation, entièrement pilotable avec une solution de domotique au protocole KNXTout est contrôlé informatiquement, des chauffages aux lumières, en passant par les volets et les ouvertures. La solution lui permet de créer des scénarios pour orienter les brise-soleil en fonction de la position du soleil dans le ciel, ou d'allumer le chauffage à distance sur Internet.

Avec la domotique, il est aussi possible de "communiquer" avec la maison en employant différentes solutions. Traditionnellement, lorsque l'on veut allumer une lumière, il faut appuyer sur l'interrupteur correspond. Mais dans une maison domotisée, il devient possible d'utiliser un smartphone, un ordinateur, ou même de parler à la maison à voix haute, pour lui donner des ordres (voir le projet SARAH que les amateurs de la série Eureka apprécieront).

Joffrey Dislaire, lui, a poussé le concept encore plus loin. L'ingénieur a mis en ligne une vidéo dans laquelle il contrôle sa maison avec la pensée, grâce à un casque d'interface neuronale Emotiv. Une fois calibré, le système comprend les ordres pour allumer ou éteindre une lumière, lorsqu'ils sont "pensés" par l'utilisateur. De quoi donner quelques idées à Google et ses Google Glass, qui sont déjà conçues pour piloter la domotique simplement en regardant les objets à contrôler — Google a déposé un brevet dans lequel il explique qu'il sera par exemple possible de regarder une porte de garage et d'ordonner vocalement son ouverture.