Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Hadopi : le vrai bilan négatif de la riposte graduée

Près de trois ans après la mise en route de la riposte graduée, quel bilan peut-on tirer de l'efficacité réelle de la loi Hadopi ? Les chiffres de la consommation légale de musiques et de films sont accablants.

Nous l'avons souvent écrit, le vrai bilan de la riposte graduée ne doit pas se juger au nombre d'e-mails envoyés ou de dossiers renvoyés devant les tribunaux, mais à l'évolution réelle du marché du disque et du cinéma. Même à considérer que la riposte graduée ait un effet sur les échanges d'oeuvres, cet effet n'a d'intérêt que s'il est accompagné d'une croissance des ventes de musiques et de films, supérieure à celle de pays comparables où n'existe pas d'équivalent de la loi Hadopi. A défaut, si les internautes piratent moins mais que les créateurs ne gagnent pas davantage, c'est bien la culture qui devient perdante.

Or malgré les quelques 1,7 millions de messages d'avertissements envoyés depuis octobre 2010, les chiffres du marché légal ne plaident pas en faveur d'une utilité économique de la riposte graduée, loin s'en faut. Jugez plutôt :

Il est effectivement grand temps de passer à autre choseMais si cet autre chose vise encore à lutter contre le piratage plutôt qu'à proposer une offre légale réellement attractive, ce sera encore un coup pour rien. Et beaucoup de temps de perdu.