Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le moteur chinois Baidu travaille sur ses propres lunettes connectées

Le programme conduit par Google avec ses lunettes Glass a donné des idées de l'autre côté du Pacifique. Le géant de la recherche chinois Baidu a ainsi indiqué à la presse qu'un projet similaire est testé en interne. Mais rien n'indique que celui-ci dépassera le stade du prototype.

Il faudra compter sur un challenger de plus dans le secteur des lunettes connectées. Ce mercredi, le moteur de recherche Baidu a confirmé à la presse l'existence d'un projet de ce type, baptisé "Baidu Eye" en interne. L'entreprise chinoise, qui gère l'essentiel des requêtes passées dans l'Empire du Milieu, n'a toutefois pas encore décidé si le projet Baidu Eye allait dépasser le stade du prototype.

Selon les quelques informations fournies par le porte-parole, le projet Baidu Eye est décrit comme un appareil monté sur un casque avec un petit écran LCD permettant aux usagers de faire des recherches à la voix et par images, ainsi que des recherches par reconnaissance faciale. Il n'est donc pas certain que l'aspect général du dispositif ressemble à une paire de lunettes.

Parmi les usages possibles, Baidu explique que l'appareil permettrait de "capturer" le visage d'une personnalité publique visible dans un magazine ou sur une affiche afin d'effectuer des recherches ultérieures (retrouver son nom, trouver des photos similaires...). En conséquence, l'appareil nécessite un module de communication (WiFi ? Bluetooth ? 3G ?) afin d'être raccordé au moteur de recherche.

Outre Baidu, le marché des lunettes connectées offrant une expérience de réalité augmentée intéresse Google, qui conduit un programme déjà très avancéIl faut également compter sur Microsoft, qui a obtenu un brevet fin novembre décrivant un dispositif similaire, et Sony, qui a déposé plusieurs brevets, révélant ainsi partiellement ses intentions. Reste à Microsoft et Sony de passer au stade de la mise en production.