Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Offre légale : est-ce vraiment la faute de Google ?

Google est régulièrement accusé par les ayants droit, et conforté dans cette voie par l'Hadopi, de mal référencer l'offre légale de films disponibles sur Internet. Mais font-ils réellement les efforts nécessaires pour donner envie aux internautes de leur faire confiance ?

Il y a quelques jours, l'Hadopi profitait de son outil Linkstorm pour publier une étude sur le référencement des offres légales de films sur Internet. En creux, voire explicitement, l'outil sert aussi à "évaluer les efforts (de Google)" pour mettre en avant l'offre légale en sanctionnant davantage les sites qui proposent des films en streaming ou en téléchargement pirate.

Mais le risque d'une telle préoccupation est de déresponsabiliser les professionnels du cinéma qui ne donnent sans doute pas aux plateformes de VOD les moyens de satisfaire pleinement la demande des internautes, entraînant de fait leur moindre référencement. On sait en effet que parmi les critères pris en compte par Google pour décider de sanctionner un site figure le taux de retours à la page des résultats, qui s'il est élevé montre au moteur de recherche que l'internaute n'a pas trouvé l'information qu'il pensait trouver en cliquant sur un lien.

Or le blog JVoulaisPasPirater dont nous avions déjà parlé pour mettre en valeur ses nombreux exemples d'incitation au piratage a une nouvelle fois frappé avec un exemple très détaillé. En l'espèce, l'internaute souhaitait louer en VOD le film "Casino Royal" avec Daniel Craig dans le rôle de James Bond. En guise de premier résultat, le service CanalPlay de Canal Plus l'a renvoyé vers un film érotique :

Puis l'internaute a regardé l'ensemble des résultats proposés par Google en première page. On n'y trouve aucun site de piratage, comme le souhaitent l'Hadopi et les ayants droit. Mais les résultats n'en sont pas moins affligeants de pauvreté, voire de tromperie.

Il faut regarder l'image suivante avec cette légende en tête :