Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'ex-présidente de la RIAA se met à son compte

Hilary Rosen, l'ancienne présidente du groupe de lobbying bien connu de l'industrie du disque américaine, a créé sa propre firme antipiratage presque deux ans jour pour jour après sa retraite.

Hilary RosenElle était restée dix-sept ans au sein de l'Association de l'industrie du disque américaine (RIAA) dont elle finalement pris la tête avant de tirer sa révérance fin janvier 2003. "Ca a été le travail le plus passionnant que je puisse imaginer", avait alors déclaré Hilary Rosen. "Pendant tout ce temps ici, l'industrie du disque a subi des défis spectaculaires et se trouve bien positionnée pour un succès futur. J'ai été extrêmement fière d'avoir fait partie de cette transition de l'industrie".

Finalement l'ancienne dame de fer de l'antipiratage renoue avec ses amours. Associée à son confrère Jay Berman qui était lui à la Fédération Internationale de l'Industrie Phonographique (IFPI), elle forme Berman/Rosen Global Strategies. La firme vise à conseiller les entreprises technologiques et de divertissement sur le piratage et sur les problèmes de licences, indique Hilary Rosen. Elle aura aussi pour but d'aider à développer des stratégies législatives, mais il ne s'agira pas de jouer le groupe de lobbying actif.

"Il semble finalement que tout n'ait pas changé autant que nous l'aurions cru dans le paysage en deux ans et demi, alors que d'autres choses ont profondément changé", confie Rosen.
 "Je pense qu'il y a certaines choses où nous pouvons venir en aide".

Bernman/Rosen Global Strategies s'est également entouré de Barry Massarsky, un économiste qui a déjà travaillé dans le passé avec la RIAA pour évaluer l'impact économique du piratage.