Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le Parti Pirate a sa première commune dirigée par un Pirate !

Le maire d'une petite commune allemande a décidé de prendre sa carte du Parti Pirate, faisant d'Eixen la première commune pirate de l'histoire.

Ca y est, le Parti Pirate est aux responsabilités. A une échelle très locale. Le Welt raconte que le maire de la petite commune de Eixen, dans l'extrême nord de l'Allemagne, a décidé de s'afficher sous la bannière du Parti Pirate. André Bonitz, 41 ans, avait été élu sans étiquette dans sa commune de 764 habitants.

"Pour les citoyens eux-mêmes rien ne change", prévient le Parti Pirate. "Mais le maire nouvellement converti a annoncé le lancement de rencontres pirates régulières ouvertes à chacun, où les gens pourront discuter avec lui et les autres pirates directement". 

André Bonitz explique qu'il a a apprécié l'ouverture et l'organisation du Parti Pirate, même s'il reconnaît que la jeune formation politique manque encore d'expérience. "Bien sûr, il faut voir que les réponses sont insuffisantes sur beaucoup de choses", dit-il. Mais il pense que le fonctionnement du Parti Pirate est adapté à la gestion de la petite commune, et que le type de réponses apportées aux questions numériques peut s'appliquer à d'autres problématiques.

Pour le Parti Pirate, ce premier maire arrive comme un symbole au moment où la formation s'installe en quatrième force politique en Allemagne. Le week-end dernier, le Piraten Partei a encore réalisé un score de 8,2 % aux élections législatives du Land de Schleswig-Holstein, ce qui lui permet d'y envoyer 6 élus. Avant cela, le Parti Pirate allemand avait déjà remporté 9 % des voix à Berlin, et 7,5 % dans la Sarre.

Au niveau national, les sondages placent le Parti Pirate en quatrième force politique du pays, juste derrière les Verts :