Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Racisme : il tweete le samedi et se fait arrêter le dimanche (MàJ)

Mise à jour : Le Guardian nous apprend que l'homme a été condamné à 56 jours de prison. Lors de son procès, l'accusé a changé de défense. Alors qu'il avait d'abord tenté de se justifier par son état d'ébriété, ce qui n'excuse pas tout, il a ensuite assuré que son compte Twitter avait été hacké. Une excuse bien connue qui n'aura pas convaincu le tribunal.

Article du 20 mars 2012 - La justice britannique sait être d'une rapidité remarquable, qui semble à peine croyable vu de France. Electron Libre rapporte qu'un internaute britannique de 21 ans a publié samedi soir des messages racistes sur Twitter, après le malaise cardiaque dont a été victime le footballeur Fabrice Muamba, de l'équipe de Bolton. "LOL, F--- Muamba. Il est mort !", avait notamment twitté le jeune homme, qui invitait le joueur à "retourner dans (son) champ de coton".

Dès le lendemain dimanche, la police est intervenue pour arrêter l'internaute et le déférer devant un tribunal. "Il a plaidé coupable lundi devant le juge pour "insultes racistes publiques pouvant inciter à la violence", en prétextant toutefois avoir écrit ces messages alors qu'il était dans un bar sous l'emprise de l'alcool. Une défense qui n'a semble-t-il pas convaincu le juge qui l'a convoqué le 27 mars pour son jugement, qui pourrait l'envoyer en prison", rapportent nos confrères.

La vitesse de réaction de la justice britannique face aux réseaux sociaux s'était illustrée lors des émeutes de l'été 2011. Deux jeunes hommes avaient notamment été condamnés à quatre ans de prison ferme pour avoir lancé des appels au casse sur Facebook. La condamnation était tombée moins de 10 jours après les faits.