Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'Insee salue la croissance, et accuse le haut-débit

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) ont contribué à la hausse des dépenses en matière de culture et de loisirs, a constaté l'Insee dans son rapport sur la consommation des ménages en 2004. Mais le développement du haut-débit continuerait à faire baisser les ventes de CD...

Globalement, et contrairement à ce que nous dit la sinistrose ambiante, la consommation des ménages en 2004 est sur une pente positive. +2% en volume, contre 1,4% en 2003. A côté de l'automobile, des assurances ou du logement, les technologies de l'information font partie des principaux moteurs de la croissance. "La seule croissance des dépenses pour les TIC explique en effet 0,5 point de la hausse de l'ensemble de la consommation des ménages en volume", note ainsi l'Insee (.pdf).


Exactement comme en physique, en économie, rien ne se perd, tout se transforme. Si l'argent n'est pas investi ici, il l'est ailleurs. Tout le jeu consiste à savoir où va l'argent et, éventuellement, à ponctionner sur les nouveaux foyers économiques pour subventionner les anciens. En matière d'économie culturelle, la situation est particulièrement complexe. 


A première vue, il semble y avoir un transfert économique du domaine culturel au domaine technologique.


L'Insee note ainsi que "parmi les appareils numériques, c'est pour les baladeurs MP3 que la croissance a été la plus vive, avec des ventes multipliées par huit en quantité". Et elle ajoute que "les achats d'enregistrements sonores (les CD, ndlr) ont une nouvelle fois subi les conséquences de la diffusion croissante des abonnements à l'internet à haut débit (- 13,1 % après - 18,1 % en 2003)". 


"Les téléchargements payants montent en charge mais sont toutefois loin de compenser la baisse des achats d'enregistrements sonores", constate l'Insee.


Le haut-débit est donc néfaste pour l'économie culturelle ? Et bien non. En mettant l'ensemble dans la balance, l'Insee constate que "le fort développement des TIC a contribué à la hausse des dépenses en matière

de culture et de loisirs (+ 4,8 % en volume)". Le phénomène est particulièrement net en matière de cinéma. "Alors que les dépenses de cinéma avaient diminué de 7,7 % en deux ans, elles reprennent fortement en 2004 : + 11,6 %. Avec 194,8 millions d'entrées, les salles de cinéma ont connu leur meilleure affluence depuis 20 ans".


De quoi complexifier encore un peu plus le puzzle juridico-économique du P2P...