Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google+ freine les invitations, évoquant une "demande insensée"

48 heures après le lancement de la version test de Google+, le géant de Mountain View annonce mettre un frein aux invitations. Selon l'entreprise américaine, la demande pour obtenir une invitation est "insensée".

Google+ fera-t-il mieux que ses piètres prédécesseurs ? Il est sans doute encore trop tôt pour le dire, la nouvelle plate-forme sociale étant disponible que depuis mardi, sur invitation. La firme de Mountain View, qui a connu plusieurs retentissants échecs dans les réseaux sociaux, semble toutefois confiante : Google+ suscite beaucoup d'intérêt, au point que la société a dû mettre le holà sur les invitations.

Dans un message publié sur son compte Google+, le vice-président senior de l'ingénierie chez Google, Vic Gundotra, a expliqué que Google "a fermé le système d'invitation pour la nuit" à cause d'une "demande insensée". La plate-forme sociale est encore loin d'être prête, visiblement, à ouvrir ses portes au grand public. Sur la page d'accueil du service, Google rappelle d'ailleurs que le site est encore en version test.

De son côte, un porte-parole de l'entreprise a déclaré que Google "a lancé Google+ en mode test pour évaluer le produit et obtenir le plus de retour d'impressions des utilisateurs. Dans ce cadre, nous pouvons ouvrir ou fermer Google+ à de nouveaux utilisateurs à n'importe quel moment. Nous sommes ravis du nombre de personnes qui souhaitent tester cette nouvelle approche du partage en ligne".

Le moment où les invitations pourront reprendre n'a pas été indiqué. Dans son message, Vic Gundotra a précisé que l'entreprise avance "avec précaution" afin de garder le contrôle du processus. Maintenant, reste à savoir si Google+ atteindra à terme une masse d'utilisateurs suffisamment importante pour perdurer. Pour le moment, Google+ reste assez confidentiel et n'a pas encore percé au-delà des technophiles.