Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

LulzSec et Anonymous ensemble pour un Wikileaks sans foi ni loi ? (MàJ)

Mise à jour : les premières fuites sur des données officielles commencent. Gizmodo rapporte que LulzSec a publié "des centaines de bulletins de renseignement privé, manuels de formation, correspondances email personnelles, noms, numéros de téléphones, adresses et mots de passe appartenant aux forces de l'ordre d'Arizona".

--

Article du 20 juin 2011 - Tout va pour le mieux entre LulzSec et Anonymous. Alors que les deux "organisations" (notez les guillemets, surtout pour Anonymous) ont démenti samedi toute rivalité et guerre intestine, LulzSec a publié aujourd'hui un communiqué annonçant qu'il s'associait à Anonymous pour lancer l'Opération Anti-Security, dite AntiSec, contre la corruption et la censure. Un appel relayé sur Twitter par au moins un groupe d'Anonymous.

LulzSec encourage les hackers du monde entier à utiliser le nom de code AntiSec pour dénommer toute opération visant des sites gouvernementaux. "La priorité numéro 1 est de voler et faire fuiter tout document gouvernemental confidentiel, y compris des ensembles d'emails et de documents. Les cibles privilégiées sont les banques et autres établissements de haut rang. S'ils essayent de censurer notre progrès, nous anéantirons leur censure", prévient LulzSec. "C'est maintenant ou jamais (...) l'Histoire commence aujourd'hui".

Ensemble, LulzSec et Anonymous semblent donc prêts à concurrencer Wikileaks, qui laisse beaucoup d'activistes frustrés. Le site fondé par Julian Assange a décidé de s'auto-censurer, et les alternatives qui prennent la relève n'ont pour l'instant rien révélé d'important. En ira-t-il autrement de l'alliance entre LulzSec et Anonymous ? Seul l'avenir le dira. Mais une chose paraît acquise : s'ils mettent la main sur des documents, ils n'auront certainement pas le même sens des responsabilités que Wikileaks pour choisir quoi publier.