Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Numericable est derrière "la révolution du mobile", pas Free

Numericable a réussi son coup. Pendant plusieurs jours s'est organisé un jeu de pistes pour savoir qui de Free ou de son concurrent câblé allait annoncer demain "la révolution du mobile" avec un forfait illimité à moins de 40 euros par mois. Cette fois c'est sûr : c'est Numericable.

Free a-t-il très mal communiqué, ou était-ce au contraire volontaire pour envoyer quelques piqures de rappel sur ses prochaines offres teasées par Xavier NielNul ne le sait. Toujours est-il qu'en envoyant un courrier d'avocat aux termes plus marketing que juridiques à l'auteur de la campagne "la révolution du mobile", Free a largement contribué à l'essor d'un buzz qui ne lui profite pas.

Nos confrères d'ITEspresso ont en effet démontré que c'est bien Numericable qui fera l'annonce mercredi d'un forfait illimité à moins de 40 euros par mois, et non Free.

Alors que les journalistes ont reçu une invitation à se rendre demain au Pershing Hall, un restaurant côté du 8ème arrondissement de Paris, le site a eu l'idée astucieuse d'appeler directement l'établissement. "Bonjour, on a reçu un carton d'invitation presse d'un opérateur demain chez vous mais on ne sait pas d'où elle vient", a demandé la rédaction d'ITespresso. "C'est Numericable", confirme simplement l'accueil du restaurant, qui risque de se faire taper sur les doigts. D'autant qu'elle l'a confirmé deux fois à deux journalistes distincts.

Reste à voir si, après l'annonce officielle, Free mettra à exécution ses curieuses menaces. Dans son courrier, l'avocat de l'opérateur reprochait à l'agence son emploi de l'expression "révolution du mobile" parce que, écrivait-il, "depuis des années, le public et la presse ne s'y sont pas trompés, et à leurs yeux, Free est régulièrement synonyme de 'révolution'".

"Mes clients m'ont chargé d'attirer votre attention sur le problème que pourrait poser votre communication et font toutes réserves sur les préjudices de toute nature qui pourraient en découler", prévenait l'avocat.

La Révolution du mobile