Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Sur eDonkey, les partisans du OUI doivent s'activer

Les réseaux P2P s'emparent du débat sur la Constitution Européenne. Vous aurez peut-être remarqué l'ajout sur notre page d'accueil d'un lien eDonkey de téléchargement du projet constitutionnel. Sur ce réseau, dominé par le client eMule, les militants du NON ont saisi ce nouveau média et l'exploitent en force.

Entrez le mot "Constitution" sur le moteur de recherche d'eMule, et ce sont plusieurs dizaines de résultats en rapport avec le traité constitutionnel européen qui s'affichent. En tête des fichiers les plus téléchargés figure le texte juridique de la Constitution, sous sa forme la plus brute. Mais très rapidement, l'on s'aperçoit que la campagne du NON s'affiche en masse sur le réseau P2P le plus utilisé en Europe.


Les noms des fichiers que l'on trouve en disent long sur ce militantisme :


Il est impossible de s'intéresser à la Constitution sur eDonkey sans se retrouver envahi de résultats prônant le vote du NON lors du référendum du 29 mai.


Les partisans du OUI semblent avoir oublié d'être militants. Par une certaine pudeur apparente, ceux qui croient dans le texte européen présentés aux français affichent uniquement des textes neutres. On y trouve le Traité lui-même, bien sûr, mais aucun fichier n'affiche un "OUI" aussi fort que le NON des opposants.


Même les espagnols, très favorables à la Constitution et grands utilisateurs d'eDonkey, sont introuvables dans ce débat politique.


Il n'y a pas sur eDonkey de combat pour le OUI, mais uniquement la présence d'un NON fortement affiché et celle des textes et des études au titre impartial.


Certes, l'influence politique des réseaux P2P en 2005 reste minime (elle augmentera), et ce désiquilbre n'aura qu'un effet microscopique sur le résultat référendaire. Mais il est peut-être une loupe sur l'état du débat dans la société tout entière...