Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Michaël Youn attaque durement l'Hadopi

Suivi par plus de 680 000 fans sur Facebook, Michaël Youn a appelé mercredi à trouver une autre solution que l'Hadopi, "que ce soit la licence globale ou autre chose".

Michaël Youn appelle la licence globale sur Twitter et Facebook

Voilà qui ne va pas aider l'Hadopi à regagner de la crédibilité chez les jeunes internautes. Que l'on apprécie ou pas l'homme ou l'artiste, force est de reconnaître que Michaël Youn reste l'une des personnalités les plus influentes chez les adolescents, et que ce qu'il peut dire sur Facebook ou Twitter a une certaine influence. Pour ne pas dire une influence certaine.

Or mercredi, "Fatal Bazooka" a décidé de s'attaquer à l'Hadopi, dont l'étude publiée dimanche laisse peu d'espoir sur sa capacité à avoir le moindre effet sur le piratage, et la moindre utilité économique.

"Bon remède contre ADOPI : je télécharge mais pas de chez moi... Vive les copains et leurs fibres optiques !!!", s'exclame-t-il d'abord, embrayant tout de suite dans la provocation. "Je mets pas de H à ADOPI parce que le H, je préfère le fumer en regardant ce que j'ai téléchargé...".

S'ensuit une série de messages, publiés sur les deux réseaux sociaux. Simples, parfois simplistes, mais clairs. Il souhaite que le téléchargement et le partage soient légalisés, et que les FAI payent une taxe pour financer la création :

Un message qui séduira forcément les quelques 14 500 internautes qui suivent Michaël Youn sur Twitter, et surtout ses 680 000 fans (!) sur FacebookQu'il s'agisse d'un positionnement marketing ou d'une réelle conviction, le résultat est là.