Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Les difficultés de la PSP sont liées au piratage, d'après Sony

Le piratage, source de tous les maux ? Pour le vice-président en charge du marketing de SCEA, c'est en tout cas un facteur expliquant les difficultés commerciales de la PSP aux États-Unis. Pourtant, son concurrent direct - Nintendo - a aussi été touché par ce phénomène, mais sans pour autant miner la carrière de ses consoles.

Les consommateurs américains boudent-ils la console portable de Sony ? Lors d'un entretien avec le site Siliconera, le vice-président du marketing chez Sony Computer Entertainment America (SCEA) est revenu sur les difficultés de la PSP aux États-Unis. Selon le site web, la situation américaine contraste avec les ventes de la console au Japon.

"Vous savez, nous avons vendu 66 millions de consoles dans le monde. Il y a une importante base de PSP ici. Je pense que l'un des aspects qui a entravé les affaires [...] est le piratage. Cela a limité la capacité des éditeurs à générer de l'argent sur la plate-forme parce que c'est une plate-forme piratée. Il y a beaucoup de piratage" a-t-il analysé.

"C'est quelque-chose que nous avons essayé de combattre pendant un temps, mais ce n'est pas la seule raison" a-t-il néanmoins reconnu. La PSP "est maintenant dans sa sixième année d'existence et il est typique de voir ces appareils décliner avec le temps". Pourtant, d'autres consoles portables n'ont pas été frappées par les mêmes difficultés commerciales.

Depuis plusieurs années, Nintendo poursuit une politique de fermeté à l'encontre du piratage qui frappe durement ses consoles portables. La firme japonaise avait procédé en France à la saisie de nombreuses cartouches pirates destinées à la Nintendo DS. Cela n'a pourtant pas empêché Nintendo d'enregistrer de bonnes ventes aux États-Unis ou au Japon.

Contrairement à d'autres personnalités du monde vidéoludique, le directeur général de Nintendo estime que le piratage n'est pas un facteur qui permet d'expliquer à coup sûr les mauvaises ventes logicielles d'une console. Dès lors, doit-on penser que l'insuccès de la PSP aux États-Unis est dû à un désintérêt des joueurs vsi-à-vis du catalogue proposé ?