Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Contre la Carte Musique Jeune, Jamendo lance sa carte J'aime la Musique

La musique libre a aussi sa carte. Alors que le gouvernement défend le principe de sa Carte Musique Jeune, Jamendo lance la sienne. Intitulée J'aime la Musique, elle propose de rémunérer les artistes mettant à disposition leur musique librement.

Sauf dernier coup de théâtre, le lancement de la Carte Musique Jeune pourrait survenir dès cette semaineEn effet, le décret créant le dispositif a été publié mardi au Journal officiel. Vendue 25 euros aux 12 - 25 ans, cette carte permettra de dépenser l'équivalent de 50 euros de musique en ligne sur les plates-formes labellisées par la Haute Autorité.

À cette occasion, le service de musique libre Jamendo lance une opération parallèle avec la carte "J'aime la musique". Pour la modique somme de 0 €, cette carte d'un genre un peu particulier vous ouvre les portes d'un catalogue riche de plus de 40 000 albums différents. Et tandis que la Carte Musique Jeune comporte certaines limitations, l'offre de Jamendo ne pose aucune limite à l'internaute :

Derrière cette opération, c'est le soutien aux artistes qui est également recherché. Le site explique que "Jamendo reversera 25 € à tous les artistes ayant 1 000 'J'aime'" sur Facebook. Pour cela, les internautes ont juste besoin de cliquer sur le bouton correspondant. Une manière de favoriser la visibilité des artistes sur l'un des réseaux sociaux les plus visités de France.

Rappelons néanmoins que Jamendo revient de loin. En début d'année, le service a frôlé la faillite en échouant à lever de nouveaux fonds pour financer son activité. Heureusement, la société MusicMatic est intervenue pour racheter l'ensemble des parts que détenait le fonds d'investissement Mangrove Capital. L'occasion de rappeler que l'offre légale ne se limite pas aux catalogues des grands labels de musique.