Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le Parti Pirate ne souhaite pas d'attaque DDOS contre Hadopi.fr

Alors qu'une attaque DDOS de grande ampleur est programmée le 5 novembre à l'encontre du site Hadopi.fr et des serveurs de la société TMG, le Parti Pirate français appelle à la raison.

Dans les prochaines heures ou les tous prochains jours, le site internet officiel de la Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la protection des Droits sur Internet (Hadopi) ouvrira ses portes. Sans protection particulière contre les attaques DDOS, puisque l'administration n'a pas souhaité s'engager dans une course aux armements contre les hackers, qui vaincront sans gloire s'ils font tomber Hadopi.fr.

Le Parti Pirate français, aujourd'hui mieux organisé et plus crédible qu'à ses premières heures, a lui-même souhaité diffusé un message d'apaisement. "Alors que des attaques par DDOS contre les serveurs de hadopi.fr et TMG se préparent, nous appelons leurs futurs auteurs à la raison et à l'engagement citoyen et/ou politique", écrit l'organisation dans un communiqué. "Nous ne cautionnons pas ces attaques vaines et contre-productives, qui amènent de l'eau au moulin de nos adversaires, qui stigmatisent déjà les internautes et les criminalisent".

Des membres de la communauté Anonymous de 4Chan, déjà responsables ces derniers jours d'attaques DDOS contre les sites d'ayants droit ou de cabinets d'avocat, ont annoncé leur intention d'inonder Hadopi.fr de connexions le 5 novembre prochain

La France ayant le privilège d'être le premier pays au monde à mettre en place un système de riposte graduée d'une telle ampleur, l'Hadopi est devenue un symbole à abattre dans le monde entier. Certains internautes français seront bien sûr tentés de les accompagner.

"Si nous comprenons et partageons la colère et l'indignation des internautes, et plus largement, des femmes et des hommes qui voient leurs libertés et leurs droits sacrifiés au nom du copyright/droit d'auteur, nous savons aussi que seule une vigilance citoyenne et un engagement politique sans faille viendront à bout des politiques répressives menées contre nos libertés fondamentales", conclut le Parti Pirate.