Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Apple use des brevets pour avoir le monopole des applications mobiles

Apple a obtenu plusieurs brevets sur des applications pour mobile. Il pourrait ainsi interdire à d'autres développeurs de proposer des applications concurrentes, et empêcher des constructeurs d'appareils mobiles de proposer certaines applications similaires sur leur propre "App Store".

Non content de contrôler le marché des applications pour iPhone, iPod touch et iPad avec son App Store, Apple souhaite aussi empêcher ses concurrents de proposer des applications sur leurs propres téléphones mobilesLe site Unwiredview rapporte ainsi l'obtention par Apple de plusieurs brevets qui détaillent des applications pour appareils mobiles, pour lesquelles elle souhaitait obtenir un monopole d'exploitation.

Déposés lors du dernier trimestre 2009 au Bureau des Brevets des Etats-Unis, les titres octroyés le 29 juillet visent :

Apple a sans doute l'intention de déposer ainsi des brevets sur un maximum d'applications, parmi les plus rentables. Il prend ainsi le contrôle sur certaines formes d'e-commerce lorsqu'elles passent par des applications mobiles plutôt que par Internet.

Indirectement, la firme contourne aussi la loi européenne qui interdit la brevetabilité des logiciels, pour l'imposer aux Européens. Avec les logiciels traditionnels, il suffit d'héberger les logiciels en Europe et de ne les proposer qu'aux clients européens pour ne pas que les brevets logiciels octroyés aux Etats-Unis puissent y faire obstacle. Mais dans l'univers du mobile, la plupart des plate-formes de distribution d'applications comme l'App Store, l'Android Market ou le Blackberry App World sont centralisées et domiciliées en Amérique du Nord, où les brevets sur les logiciels sont appliqués. Seuls l'Ovi Store de Nokia, basé en Finlande, et le Samsung Apps basé en Allemagne, échappent a priori à cette emprise à l'égard des clients européens.