Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Les labels indépendants veulent une augmentation de leur perfusion

Les labels indépendants représentés par l'UPFI s'inquiètent de ne pas voir le gouvernement arbitrer rapidement les mesures d'augmentation des aides fiscales et financières à destination de l'industrie musicale.

L'Union des Producteurs Phonographiques français Indépendants (UPFI) a tenu un point presse ce lundi, pour demander que les engagements de la mission "Création et Internet" soient rapidement mis en œuvre. Alors que nous pensions vendredi qu'il s'agissait encore et toujours de la riposte graduée, il s'agissait en fait toujours et encore d'augmenter les perfusions financières à destination des maisons de disques.

Ainsi, les producteurs indépendants ne demandent aucune mesure de fond leur permettant de changer de modèle économique, mais de simples aides financières plus ou moins bien déguisées. Elles sont au nombre de trois :

L'UPFI a en revanche renouvelé son opposition à la seule mesure structurelle du rapport Zelnik, sur la licence de gestion collective obligatoire. Dans un premier temps saluée par Nicolas Sarkozy lui-même, la mesure qui aurait dé-concentré le marché des plateformes de musique en ligne a été rapidement enterrée sous la pression des maisons de disques, qui veulent garder le contrôle de qui a le droit de vendre de la musique en ligne en France.

Surtout ne changeons rien, mais faisons en sorte que le contribuable paye notre immobilisme.